Armand De Decker sort de son silence: "Je n'ai joué aucun rôle dans le Kazakhgate"

La situation peut sembler ironique, Armand De Decker s'est rendu au parlement bruxellois pour voter la mise en place d'une commission d'enquête alors que lui-même est au cœur de la commission d'enquête du parlement fédéral sur le Kazakhgate. L'occasion pour nous de lui poser quelques questions.

La commission d'enquête révèle la vérité

Sa ligne de défense n'a pas changé. L'ancien sénateur le répète, il n'est pas question de trafic d'influence dans son chef. Aujourd'hui, il salue même le travail des députés fédéraux qui mènent l'enquête sur le dossier kazakh.

"La commission d'enquête révèle la vérité", déclare-t-il, "c'est-à-dire que le lobby en vue d'étendre la transaction pénale est venu des diamantaires anversois." Et ajoute: "Je n'ai joué, comme je l'ai toujours dit, aucun rôle dans le développement de cette loi [la transaction pénale ndlr.]"

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir