ArcelorMittal: accord sur la phase 1 et sur le calendrier de négociations

ArcelorMittal: accord sur la phase 1 de la procédure Renault
ArcelorMittal: accord sur la phase 1 de la procédure Renault - © Tous droits réservés

Direction et représentants ArcelorMittal ont négocié pendant dix heures ce vendredi et ont conclu un accord sur la phase 1 de la procédure Renault liée à la fermeture définitive de la phase à chaud ce vendredi soir. Les parties entameront, dès le 3 octobre, les négociations sur le plan industriel et le volet social.

Selon les syndicats chrétiens CSC et CNE, direction et syndicats "acceptent de mettre fin à la phase 1 de la procédure Renault dès ce lundi".

En outre, dès le 3 octobre, les négociations sur le volet social et le plan industriel relatif aux installations restant en activité seront entamées, confirme la direction dans un communiqué.

Concrètement, un conseil d'administration se tiendra ce lundi et sera suivi des conseils d'entreprise extraordinaires liés à la clôture de la phase 1 de la procédure Renault.

La direction et les syndicats ont pour objectif de finaliser le tout pour le 9 novembre prochain, selon les syndicats chrétiens, la direction évoquant pour sa part "un calendrier très serré" pour finaliser au plus vite les volets industriel et social.

"Cette histoire n'est pas terminée"

Les 138 millions d'investissements seront confirmés lors d'une tripartite à travers un accord global avec le gouvernement wallon, ajoutent les syndicats chrétiens dans un communiqué.

"Nous sommes conscients que la fermeture de la phase à chaud est difficile pour toutes les personnes concernées ainsi que Liège, qui a une longue et fière histoire liée à la sidérurgie. Cependant, cette histoire n'est pas terminée, cette décision permettra en effet à Liège de s'adapter au nouvel environnement économique et lui assurera de continuer à jouer un rôle important dans la production d'acier de haute qualité grâce à ses lignes à froid", commente Bernard Dehut, CEO ArcelorMittal Liège, cité dans un communiqué.

La direction d'ArcelorMittal avait annoncé en octobre 2011 son intention de fermer définitivement la phase liquide du bassin liégeois, ce qui entraînera la suppression de 795 emplois.

Lundi dernier, lassée par plusieurs mois de discussions infructueuses avec les syndicats, la direction d'ArcelorMittal avait annoncé son retrait d'un plan d'investissements de 138 millions d'euros destiné à garantir l'avenir de la phase à froid à Liège et de ses quelque 2.000 emplois. Une conciliation sociale avait toutefois permis dans les jours suivants de renouer les fils du dialogue.

Ju. Vl. avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK