Après l'intervention au Bois de la Cambre, une pétition demande la fin de la police à cheval

L’utilisation de chevaux par la police est-elle d’une autre époque ? C’est une pétition en ligne qui soulève la question, une semaine après le rassemblement et l’intervention policière au Bois de la Cambre.

Les signataires ne demandent rien de moins que la fin de l’utilisation de chevaux et de chiens par la police, heurtés par ce qu’ils ont vu jeudi et vendredi dernier.

C’est une citoyenne bruxelloise, Pascale Crépin, qui a lancé la pétition: "J’ai été très choquée lorsque j’ai vu les chevaux qui se sont enfuis du Bois de la Cambre et sont rentrés tout seuls à la caserne. Ça m’a vraiment retourné le corps. Je me suis dit qu’il fallait qu’on arrête avec ça, qu’il fallait que les choses changent".


►►► A lire aussi : La police à cheval, entre arme de dissuasion et outil de proximité


Parmi les signataires, la députée bruxelloise indépendante, Victoria Austraet, élue sur la liste du Parti animaliste DierAnimal : "Je pense que c’est vraiment un message général pour se remettre en question de manière vraiment sociétale sur l’utilisation que l’on fait des animaux en tant qu’outil ou objet".

Pas un procès de la police, donc, mais plutôt une question de fond. Aujourd’hui, la police peut-elle se passer de cavalerie, cette force mobile rapide et dissuasive qui compte 110 chevaux pour l’ensemble du territoire ? La police n’a pas donné suite à notre demande d’interview.

À noter que depuis 2014, il est interdit d’utiliser les chevaux en première ligne lors de manifestations. Au Canada, la Gendarmerie royale a cessé de faire régner l’ordre à dos de cheval. Les chevaux sont dorénavant réservés aux cérémonies.

Archives JT du 02/04/2021 - Bois de la cambre : un rassemblement qui dégénère

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK