Après 20 ans de bons et loyaux services, le sous-marin russe Foxtrot quitte définitivement Zeebruges

Après 20 ans de bons et loyaux services, le sous-marin russe Foxtrot quitte Zeebruges
Après 20 ans de bons et loyaux services, le sous-marin russe Foxtrot quitte Zeebruges - © Tous droits réservés

Après 20 années de stationnement à Zeebruges, le sous-marin russe B-143 Foxtrot a définitivement quitté son port d’attache du Prins Albert-dok ce mercredi 12 juin et entamé son dernier voyage vers les chantiers navals Galloo de Gand où il sera démantelé.

Construit en 1967, ce vestige unique de la Guerre Froide avait été utilisé par l’armée soviétique pour de nombreuses missions secrètes et des manœuvres maritimes d’escadres de l’OTAN, visant à recueillir des renseignements sur les procédures tactiques et les fréquences radars des unités des armées occidentales.

Attraction locale

Le sous-marin, d’une longueur de 91.3 mètres, était arrivé de Saint-Pétersbourg en début d’année 1996 dans le port de Zeebruges. Il n’avait depuis jamais quitté le port belge.

C’est le parc thématique Seafront qui avait racheté l’ancien bâtiment de guerre afin de le convertir en musée et lui offrir une seconde vie. Le succès avait été au rendez-vous puisque plus d’un million de visiteurs sont venus admirer ses entrailles durant son séjour sur la côte belge.

Mis à part quelques retouches pour améliorer le confort des visiteurs comme l’installation d’un escalier, l’enlèvement de plusieurs torpilles ou l’évacuation de certains équipements pour élargir les couloirs, le sous-marin est resté dans son état originel pour continuer à témoigner des conditions de vie difficiles des matelots de l’époque.

Attraction prisée pour les excursions scolaires, visites de famille ou de groupe, le Foxtrot avait également été utilisé comme lieu de tournage pour des courts-métrages ou des spots télévisuels. Tous les exemplaires de ce type ont depuis été retirés du service de l’armée soviétique et certains, à l’image de celui de Zeebruges, ont été reconvertis en musée comme à Sydney et Londres.

Dernier voyage

Pour assurer la bonne sécurité de ce dernier voyage, tous les compartiments intermédiaires, portes et trappes des torpilles ont été scellées afin de le rendre totalement hermétique.

Le remorquage se tiendra sur 3 jours afin de profiter constamment de la lumière naturelle. C’est un convoi, constitué de deux remorqueurs, qui dépasse les 200 mètres de long et qui aura la charge de mener le colossal engin à sa destination finale.

Après une première partie de voyage sans encombre, il entamera ce vendredi, vers 6 heures, la deuxième partie de son périple. Après un bref trajet en mer, il rejoindra ensuite l’Escaut occidental à hauteur de Vlissingen et devrait franchir l’écluse de Terneuzen vers 12 heures. Son arrivée est attendue vers 16 heures, avant que ne débute son démantèlement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK