Anvers ou Pairi Daiza? Polémique communautaire autour de deux pandas

Illustration: un panda géant
Illustration: un panda géant - © Archive Robert MacPherson - IMAGEGLOBE

Un couple de panda chinois sème la pagaille. Le Premier ministre Elio Di Rupo se rend à Dalian, en Chine, pour participer à une réunion de décideurs asiatiques sous la houlette du forum économique mondial. Mais en marge de sa visite, il organisera aussi avec les autorités chinoises le rapatriement d'un couple de pandas géants. Ces pandas devraient s'installer dans le Hainaut, à Pairi Daiza, au grand dam du zoo d'Anvers. Et cette guéguerre des zoos prend un tour communautaire.

Accueillir des pandas pour un zoo, c'est un peu le Saint Graal: la garantie de faire le plein de visiteurs. Il reste moins de 2000 pandas vivant à l'état sauvage et seule une poignée de zoos a l'honneur d'exposer de tels hôtes derrières leurs barreaux. Lorsque le Premier ministre négocie avec la Chine pour en rapatrier en Belgique, le petit monde des parcs animaliers est donc en ébullition.

Or, la rumeur voudrait qu'Elio Di Rupo destine les pandas à Pairi Daiza, situé dans le Hainaut. Bref: le Zoo d'Anvers est déçu, très déçu. Car la vénérable institution serait le havre idéal pour le jeune couple. La preuve: Anvers a déjà accueilli Wan Wan et Xi Xi, deux pandas géants. Un séjour de courte durée: 4 mois en 1987, il y a plus de 25 ans, mais un séjour tout de même.

Contrairement à Pairi Daiza, le zoo d'Anvers disposerait donc de l'expertise nécessaire pour choyer des pandas. Résultat, la N-VA soupçonne Elio Di Rupo de favoriser un zoo de sa communauté et de sa province, le Hainaut. Et une députée de la N-VA ne compte pas en rester là. Zuhal Demir interrogera d'ailleurs le Premier ministre au parlement dès la rentrée à propos de cet épineux dossier. Du côté du cabinet du Premier ministre on précise que la demande a été introduite par Pairi Daiza.

C'est désormais à la Chine d'accorder ou non son autorisation pour le transfert des animaux. La N-VA, elle, est fidèle à l'un de ses credo : tout en Belgique ou presque peut faire l'objet d'une petite querelle communautaire.

B. Hupin

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK