Anvers: le gouvernement va renforcer la protection des sites juifs

Le Premier ministre Charles Michel et le ministre N-VA de l'Intérieur Jan Jambon sont allés ce mercredi à la rencontre de la communauté juive d’Anvers, en compagnie du bourgmestre de la métropole Bart De Wever.

Cette visite avait la forme d'une promenade informelle auprès des institutions politiques, économiques, religieuses ou sportives juives anversoises. Sur fond de lutte contre l'insécurité et le terrorisme, puisque les institutions juives (19 écoles et 45 synagogues environ) sont encore et toujours placées sous une protection renforcée. Une centaine d'hommes, des militaires et des policiers locaux, sécurisent actuellement les lieux. De nouvelles mesures de protection seront prises.

Cette visite a été l’occasion pour le gouvernement fédéral de confirmer sa volonté de dégager 4 millions d’euros pour renforcer la sécurité de certaines institutions juives à Bruxelles et à Anvers, des sites sous protection permanente depuis longtemps, une protection renforcée depuis les événements de Verviers.

"Nous investissons beaucoup en mettant des militaires dans les rues, mais il y a encore beaucoup de mesures de protection que nous pouvons prendre : des caméras, la sécurisation des portes et des fenêtres. On a prévu un budget pour cela", explique le ministre de l’Intérieur Jan Jambon.

"La sécurité passe avant tout"

Charles Michel, Jan Jambon et Bart De Wever ont visité une école, deux synagogues, et rencontré les représentants de la communauté juive pour entendre les besoins.

"Non seulement pour nos intérêts financiers, mais aussi pour les intérêts religieux, nous sommes bien sûr une cible. Tout le monde sait cela. Nous sommes très reconnaissants envers le gouvernement pour tous les efforts qu’il fait. Nous sommes très fiers d’être juifs, nous sommes très fiers d’être belges. Mais bien sûr la sécurité passe avant tout", déclare le rabbin Aaron Malinsky.

Pour le Premier ministre Charles Michel, "c’est l’occasion d’abord d’écouter, d’entendre les messages, les attentes et les espoirs. Mais je veux aussi un gouvernement qui décide pour améliorer la sécurité, et pour faire en sorte que le ‘vivre ensemble’ ne soit pas simplement une proclamation théorique, mais que ce soit un engagement, un combat pour lequel nous prenons des décisions".

"On a déjà eu des attentats dans le quartier" juif d’Anvers rappelle Bart De Wever, "c’est une réalité. Il y a un problème de sécurité. Les juifs en particulier sont menacés par la violence sectaire".

Les investissements doivent à terme permettre de soulager les militaires - une septantaine - de leur travail de surveillance.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK