"Antidémocratique", "absence de débat" : les réactions très critiques sur le choix de Didier Reynders comme commissaire européen

« Antidémocratique », « absence de débat » : les réactions très critiques sur le choix de Didier Reynders comme commissaire européen
« Antidémocratique », « absence de débat » : les réactions très critiques sur le choix de Didier Reynders comme commissaire européen - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Le PS, par l’intermédiaire de son président Elio Di Rupo, "prend acte" de la décision du gouvernement de nommer Didier Reynders. "J’espère qu’un débat public approfondi pourra se tenir au Parlement fédéral afin de débattre des options que le candidat commissaire défendra auprès de l’Union européenne", tweete le président du parti socialiste.

Plus acerbe, Marc Tarabella, député européen PS, fait allusion quant à lui à un vice démocratique, "Didier Reynders comme commissaire européen après Charles Michel désigné au conseil ? Qu’est-ce que ça aurait été si le MR avait gagné les élections".

Avis plus tranché de l’autre côté de la frontière linguistique. "Ce gouvernement fédéral, qui n’a aucune légitimité démocratique, commence à ressembler de plus en plus à une agence de placement pour les ministres du gouvernement en affaires courantes", déclare Peter De Roover, chef du groupe N-VA à la Chambre.

Ce choix, pour le parti de centre droit DéFI, résulte d’un coup de force. "Ultra-minoritaire et désavoué aux élections du 23 mai procède à un coup de force constitutionnel en proposant Didier Reynders", dénonce fermement Olivier Maingain sur Twitter, "DéFI demande la convocation de la Chambre pour mettre un terme à cette violation de la Constitution".

Du côté du PTB, la métaphore est d’usage : "L’homme qui parlait à l’oreille des riches belges ira donc parler à l’oreille des riches européens. Alors qu’il n’y a aucune majorité au parlement pour approuver ce choix. Tout un symbole de notre Europe non démocratique ", commente Raoul Hedebouw.

Didier Reynders, lui, vous souhaite un bon dimanche.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK