André Antoine et Olivier Vanham tireront les listes cdH en Brabant wallon en mai prochain

André Antoine et Olivier Vanham tireront les listes cdH en Brabant wallon en mai prochain
André Antoine et Olivier Vanham tireront les listes cdH en Brabant wallon en mai prochain - © Belga

Le cdH du Brabant wallon a dévoilé lundi soir ses listes pour les élections de mai prochain, avec pour objectif de conserver le siège que possèdent les humanistes brabançons au parlement wallon, et de reconquérir le siège qu'ils ont perdu au parlement fédéral. 

André Antoine, l'actuel président du parlement wallon, emmènera la liste régionale. Pour les élections fédérales, le conseiller communal Olivier Vanham figure en première position. Le premier échevin d'Ottignies Louvain-la-Neuve, Cédric du Monceau, sera le suppléant de Benoit Lutgen sur la liste présentée pour l'Europe.

En ce qui concerne la liste pour le parlement wallon, Dorothée Tomasetig, de Rebecq, figure en deuxième position derrière André Antoine. Nouvelle venue en politique, elle porte notamment le combat pour le droit des victimes et une justice plus humaine, après avoir vécu le meurtre de son compagnon, Enrico Talluto, à Tubize en 2013.

Suivent sur la liste Jean-Albert Nyssens (La Hulpe), Anne-Françoise Désirant (Walhain) et le président des jeunes cdH du Brabant wallon Mathieu Wautier (Tubize). La première suppléante, Aurore Heuse (Ottignies Louvain-la-Neuve) est également une nouvelle venue. Quant au directeur de l'ASBL Sans Collier, Sébastien de Jonge, qui vient de rejoindre le cdH, il est deuxième suppléant.

Sur la liste fédérale que présentent les humanistes en Brabant wallon, Claire Stappaerts (La Hulpe) est une autre nouvelle recrue et a été placée en deuxième position derrière Olivier Vanham. On trouve ensuite le vice-recteur de l'ULg Rudi Cloots (Hélécine), suivi d'Émilie Ruys (Tubize), et du nouveau bourgmestre de Walhain Xavier Dubois.

Parmi les grands thèmes annoncés pour la campagne, le cdH du Brabant wallon pointe les nouveaux droits pour les familles, l'urgence climatique, la mobilité alternative (avec la possibilité de prester 38 heures en 4 jours pour les travailleurs), un refinancement de la justice, une consommation raisonnée ou encore une "excellence du savoir" en matière d'enseignement. Dans ce chapitre enseignement, le cdH estime qu'il est temps de supprimer le décret Inscriptions.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK