Amnesty presse les pays de l'UE de ne plus renvoyer de demandeurs d'asile vers la Grèce

"La procédure d'asile grecque n'est pas accessible, les demandes n'y sont pas traitées de manière juste, et il n'y a pas de moyens réels de faire appel. Les demandeurs d'asile ont insuffisamment accès à une assistance juridique, à des traducteurs et autres informations utiles", selon Amnesty. L'organisation de défense des droits de l'homme dénonce en outre les conditions dans lesquelles les demandeurs d'asile sont enfermés, et les faibles soins médicaux qui leur sont prodigués. De plus, poursuit Amnesty, la Grèce renvoie certains demandeurs d'asile vers la Turquie, où la procédure est tout aussi insuffisante, faisant ainsi courir le risque à ces personnes d'être renvoyées dans des pays où elles risquent d'être poursuivies. L'organisation rappelle que le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés recommande depuis avril 2008 de ne plus renvoyer de demandeurs d'asile vers la Grèce vu les manquements graves de sa procédure d'asile et les conditions d'accueil. Pourtant, durant les 10 premiers mois de 2009, 995 demandeurs d'asile ont été expulsés vers la Grèce par différents pays européens, dont la Belgique notamment, déplore encore Amnesty. (SVR)
Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK