Amiante : les centres d’enfouissement wallons sont presque tous pleins

Il ne reste plus que deux centres d’enfouissement d’amiante disponibles en Wallonie : celui d’Habay-la-Neuve (province de Luxembourg), et celui d’Hallembay (province de Liège). Fin 2020, deux autres centres ont fermé et depuis, il y a une pression accrue sur les deux qui restent.

“Ces centres se remplissent deux fois plus vite, et l’urgence se fait plus grande tous les jours”, s’inquiète Étienne Offergeld, le directeur du département déchets d’inBW, une intercommunale en charge de nombreux recyparcs wallons.

“Il faut des décisions rapidement”. Et parmi les potentielles décisions, Etienne Offergeld préconise de prolonger la durée de vie de centres d’enfouissement existants, car il reste très compliqué d’en créer de nouveaux.

Un risque plus élevé de dépôts sauvages

Une nécessité notamment car qui dit moins de centres d’enfouissement disponibles, dit aussi plus de dépôts sauvages d’amiante. En effet, la baisse du nombre de centres implique une hausse des tarifs pour y amener ses déchets. “À partir du moment où le nombre de solutions se réduit, ou que les techniques que l’on utilise sont de plus en plus coûteuses, les prix augmentent”, explique Étienne Offergeld.

“Et si les prix augmentent, soit les collectes sont subventionnées par la région et elles sont à la charge un peu de tout le monde, soit les prix sont répercutés sur la personne qui jette. Et quand les prix montent, la tentation de tricher augmente aussi de manière assez proportionnelle”.

La Région wallonne relativise

De son côté, le cabinet de la ministre de l’environnement, Céline Tellier, relativise le problème. Il indique que les deux centres d’enfouissement restants suffiront à absorber les déchets d’amiante pour les 10 prochaines années au moins, moyennant certaines adaptations. Le cabinet ajoute qu’il va bientôt être interdit d’amener certains autres types de déchets en décharge, ce qui devrait laisser plus de place pour l’amiante.

Traitement des déchets d'amiante: JT 09/04/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK