Améliorer le système de freinage des trains SNCB grâce au système ETCS

Améliorer le système de freinage des trains SNCB grâce au système ETCS
Améliorer le système de freinage des trains SNCB grâce au système ETCS - © BRUNO FAHY - BELGA

Le procès de la catastrophe ferroviaire de Buizingen va bientôt débuter. La question de la sécurité sur le rail se repose donc. Après cet accident, la Commission parlementaire avait recommandé une rapide amélioration du système de freinage des trains. Un ambitieux programme de modernisation est en cours chez nous depuis 2011.

Son fonctionnement est simple, si le conducteur du train dépasse la vitesse autorisée, l’alarme se déclenche aussitôt, l'ordinateur prend les commandes et arrête immédiatement le convoi. Ce système, testé ici en simulateur, s’appelle l’ETCS. 

"Ça permet de contrôler en permanence la signalisation, la vitesse… Tout ça est intégré au sein du poste de conduite du conducteur et il doit respecter", explique Thierry Ney, le porte-parole de la SNCB.

Tous les trains équipés d'ici 2023

L’ETCS devrait équiper l’ensemble du réseau européen d’ici 2025, mais la Belgique a pris un peu d’avance. "Ici, aujourd’hui, au moment où je vous parle, 46% de la flotte de la SNCB est équipée du système ETCS et l’objectif est que pour 2023, 100% de notre flotte en soit équipée", ajoute le porte-parole.

Mais tout cela sera possible à condition qu’Infrabel, le partenaire qui gère le réseau proprement dit, équipe lui aussi ses propres voies.

"Pour contrôler en permanence la vitesse de ces trains, ça repose sur un principe et un dialogue entre des équipements qui sont à bord du train et des équipements qui sont placés dans les voies. Et on a aujourd’hui 22% des voies principales du réseau qui en sont équipés", précise Frédéric Sacré, le porte-parole d’Infrabel 

Si le programme est respecté, d'ici 2023, tous les trains seront équipés de l’ETCS. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK