"Allo Sophie, il y a quelqu'un?" : le monde culturel demande aux politiques de "les écouter et d'agir"

De très nombreux artistes ont participé à cette vidéo
De très nombreux artistes ont participé à cette vidéo - © Capture d'écran YouTube

"Allo Sophie, il y a quelqu'un?" "Vous m'entendez, Pierre-Yves?" Par le biais d'une vidéo de 39 secondes, la plate-forme No Culture-No Future, composée d'une bonne dizaine de fédérations actives dans le secteur audiovisuel, cinématographique, culturel ou artistique, mène une campagne intitulée "Il est temps de nous écouter... et d'agir!". Cette vidéo interpelle de manière directe la Première ministre Sophie Wilmès et le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet.

François Damiens, Jaco Van Dormael, Déborah François, Pablo Andres, Olivier Gourmet, Vincent Patar et Stéphane Aubier, Angelo Bison, Fabrizio Rongione, Yannick et Jérémie Renier, Stephan Streker, Stéfan Liberski, Kody, Jean-Jacques Rausin, Pauline Etienne, Charlie Dupont, Thomas Gunzig ou encore Joachim Lafosse apparaissent dans cette vidéo qui exprime "l'impatience et l'incompréhension de 450 professionnels, artistes créateurs, interprètes, techniciens, en attente d'une réponse politique".

Année blanche

No Culture-No Future rappelle que cela fait déjà plus de 60 jours que toutes leurs activités ont été interrompues en raison de la crise sanitaire. Elle regrette de n'avoir "aucun interlocuteur et aucune information", alors que "les ministres ont pourtant reçu des informations chiffrées concernant tous nos secteurs d'activités. Ils ont depuis plusieurs semaines une photographie documentée des dégâts déjà occasionnés par la crise, et des risques pressentis pour les mois à venir".


►►►A lire aussi : Toutes nos infos sur le coronavirus


La plate-forme réclame aussi "un accord ferme et définitif sur une année blanche au-delà de la période de crise pour pouvoir justifier de nos droits pour l'obtention ou le renouvellement du 'statut' dit de l'artiste", ainsi que d'accorder le chômage temporaire pour les artistes et les techniciens ayant des contrats annulés ou reportés et un accès des entreprises culturelles au chômage temporaire pour leurs employés.

Perspective

Elle souhaite aussi des perspectives cohérentes de déconfinement pour les activités artistique et créatives et un fonds de garantie public destiné à assurer le risque Covid sur les productions culturelles nécessitant une assurance.