Alexander De Croo répond aux citoyens : face aux assouplissements, le maître-mot reste "la prudence"

Une séance de questions-réponses inédite ce soir sur un réseau social bien connu. Alexander De Croo en a fait l’annonce lui-même sur sa page Facebook : le Premier ministre a répondu aux questions des Belges en direct ce mercredi dès 20h.

Un an après le début de la crise Covid, il a souhaité répondre aux questions des citoyens en vidéo et depuis sa page Facebook. Il l'avait annoncé dans la journée : "Ce soir, dressons ensemble le bilan de cette année corona. Vous avez des questions sur le corona et sur la façon de sortir notre pays de cette crise ? Suivez la discussion en direct à 20h et posez votre question !", écrit-il. D’ores et déjà, questions et commentaires – pas tous aimables – s’accumulent sur cette même page…

Mais, avant de se livrer à cet exercice avec la population via sa page Facebook, Alexander De Croo s’est exprimé dans une courte vidéo, pour commémorer à sa manière un an de crise Covid, un an depuis que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a qualifié de "pandémie" la crise du coronavirus. L’idée : dresser le bilan d’une année de vie contrariée avec le virus – même si lui-même n’est Premier ministre que depuis octobre ; il avait alors succédé à Sophie Wilmès.

Hommage aux disparus – 22.000 de nos concitoyens -, aux familles. Message de soutien à ceux qui ont perdu leur emploi ou vu leurs activités entravées. Allusion aux jeunes, victimes aussi de la crise sanitaire et sociale dans leur quotidien. Hommage enfin aux soignants et à ceux qui sont restés "fidèles au poste" pour faire fonctionner le pays.

Et de revenir sur le fait que le gouvernement fédéral a dépensé au total plus de 22 milliards de mesures de soutien à l’économie, aux soins de santé.

Aucune mesure maintenue un jour de trop

Le Premier ministre a répété que, selon lui, les règles appliquées chez nous pour lutter contre la pandémie sont "plus souples" que dans certains pays voisins, mais il a admis aussi qu’elles restaient "éprouvantes".

"C’est aussi la raison pour laquelle je le dis en toute clarté : nous ne maintiendrons aucune mesure un jour de trop. Ni le couvre-feu. Ni l’interdiction de voyager. Ni les règles à respecter à l’intérieur. Mais à l’inverse, nous devons aussi nous méfier d’un relâchement trop rapide de toutes ces règles, qui pourrait à nouveau se retourner contre nous. C’est pourquoi nous allons procéder pas à pas au cours des prochains mois. Tant que les personnes vulnérables n’auront pas été vaccinées, nous devrons continuer à les protéger. Cela signifie permettre en premier lieu les choses les plus sûres possible. Plus d’activités à l’extérieur. Un plan plein air. Parce que c’est plus sûr dehors. Pendant les vacances de Pâques, nous donnons également plus de liberté aux enfants et aux jeunes. Avec des camps de vacances et des activités pour la jeunesse. C’était un réel besoin".

Et d’espérer que les cafés, par exemple, rouvriront bien en mai, selon le calendrier annoncé au dernier comité de concertation.

7,5 millions de vaccins

Alexander De Croo, une fois de plus, dit placer tous ses espoirs dans la vaccination dont le rythme doit s’accélérer. "Au cours des prochaines semaines, nous allons recevoir plus de vaccins. En mars, avril et mai, nous comptons sur un total de 7,5 millions de vaccins. C’est beaucoup plus que ces derniers mois. Ils devront être administrés le plus vite possible […]. Les vaccins sont la clé de notre liberté. Ils vont nous ouvrir la porte vers un été durant lequel nous pourrons voyager, recevoir chez nous famille et amis, profiter d’un moment sur une terrasse ou dans un restaurant. Ce sera un été plus serein".


►►► Lire aussi : Les cinq péchés capitaux de la vaccination belge


Rappelons que ce vaccin, chez nous, n’est pas obligatoire. Ce qui n’empêche pas le Premier ministre à appeler chacun à se faire vacciner. "Nous tous aussi. Faisons-nous vacciner. Pour nous protéger, mais aussi pour permettre à nos familles, à nos amis et à chacun d’entre nous de reprendre le cours de sa vie. Se faire vacciner est un acte de solidarité. Les vaccins sont sûrs et efficaces. Je dirais même plus : ils sont une victoire scientifique à laquelle les scientifiques belges ont largement contribué".

Avec les Belges, en direct

A 20h, le Premier s'est lancé dans un exercice perilleux : un Facebook Live dont le but était de répondre aux questions des citoyens Belges. 

Dès le début déjà près de 1000 commentaires et autres questions attendent le chef de gouvernement. Environ 3200 personnes connectées. 

L'ensemble des questions ou presque ont porté sur les mesures en vigueur mais aussi et surtout sur les tant attendus assouplissement à venir. Si certains seront déçus, aucune annonce particulière n'a été faite ce soir. Ce n'était ni le lieu, ni l'objectif. 

Comme il l'avait déjà annoncé dans la vidéo publiée un peu plus tôt dans la soirée, le maître-mot d'Alexander De Croo est "prudence". Il l'a dit, "aucune mesure ne sera maintenue un jour de trop". Toutefois, "la crise m'a appris qu'il faut toujours parler avec deux mots", d'un côté les perspectives, de l'autre la conditionnalité, explique le Premier ministre. 

L'Horeca, les voyages, les activités en extérieurs avec plus de 50 personnes, les cultes etc... Si la situation sanitaire le permet, alors des assouplissements il y aura. 

Petite lueur d'espoir, tout en prudence encore, concernant les voyages. A la question posée de savoir si nous pourrions voyager cet été, Alexander De Croo a répondu, "aujourd'hui les voyages non essentiels sont interdits jusqu'au 18 avril. C'est une règle qui sera évaluée. Si la règle n'est plus nécessaire on l'enlèvera (...) Honnêtement ça m'étonnerait que ce soit toujours d'applciation cet été mais il faut être prudent".

Accélération de la vaccination 

Comme il l'avait expliqué dans sa vidéo préalable, Alexander De Croo mise sur l'accélération de la vaccination pour sortir rapidement de la crise. Et il a voulu rassurer sur leur efficacité : "ils sont efficaces", "c'est un geste de solidarité" que de se faire vacciner. Aux sceptiques qui lui demande pourquoi, lui, n'est pas encore vacciné, il répond : "je me ferais vacciner mais quand ce sera mon tour comme tous les Belges". 

Télétravail et port du masque 

Les mesures sanitaires forment "un set", un ensemble pour tenter d'endiguer la propagation du virus a indiqué Alexander De Croo. Le télétravail par exemple : il le redit, cela reste la norme, il faut faire le maximum pour respecter les règles. "On ne peut pas tout contrôler, mais il y a des contrôles et des amendes sont infligées".

La question du port du masque a aussi été posée. Va-t-on garder le masque encore longtemps. Si d'une certaine manière, certains s'y sont "habitués", il est vrai que cela reste dérangeant. "C'est un élément important des mesures en vigueur, le fait de porter un masque nous aide à ne pas contaminer les autres, je pense qu'on va devoir continuer un certain temps à porter le masque, mais là aussi le jour où on voit que assez de gens sont vaccinés et que la situation sanitaire est sous contrôle alors on levera l'obligation." 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK