Alexander De Croo : "Le gouvernement fédéral peut être formé d'ici décembre"

Alexander De Croo: "Le gouvernement fédéral peut être formé d'ici décembre"
Alexander De Croo: "Le gouvernement fédéral peut être formé d'ici décembre" - © THIERRY ROGE - BELGA

Selon le vice-Premier ministre Open VLD, la formation du gouvernement fédéral pourrait aboutir au début du mois de décembre. Alexander De Croo s’exprimait à ce sujet à la VRT, quelques heures avant la remise du rapport final des informateurs au Roi.

Alexander De Croo, ministre des Finances, part du principe que la Belgique doit se doter d’un gouvernement en bonne et due forme avant la fin de l’année. "Ce serait un très mauvais signal de ne pas parvenir à soumettre un budget deux années de suite."

Le budget pour l’année 2019 n’a pas pu être voté l’année dernière en raison de la crise fédérale née de la signature du pacte de Marrakech. La confection d’un budget serait la première urgence de la future majorité selon Alexander De Croo. "Si on parvient à former un gouvernement en décembre, on peut encore voter le budget."

Pour le ministre, le scénario d’une formation du gouvernement fédéral avant décembre est réaliste. Même s’il s’agit de réunir PS et N-VA autour d’un projet politique commun. "Naturellement c’est réaliste ! Quand je vois que l’Italie est parvenue à former un gouvernement en une semaine, après une crise politique, je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas possible chez nous."

Alexander De Croo en veut pour preuve les ressemblances qu’il perçoit dans les accords des gouvernements flamand et wallon. "Quand on examine ce que ces gouvernements vont faire, on peut y voir de nombreuses similitudes. La priorité absolue du gouvernement flamand est de faire grimper le taux d’emploi. C’est aussi le cas pour les Wallons. Bien sûr, il existe des différences. Mais elles sont moins grandes qu’il n’y paraît."

Un optimisme partagé à l’Open VLD

Alexander De Croo n’est pas le seul libéral flamand à afficher un tel optimisme quant à la formation d’un gouvernement réunissant la N-VA, le PS, le sp.a, le MR, l’Open VLD et le CD&V. Dans une interview donnée au journal "De Tijd", la présidente de l’Open VLD affirme que les négociations fédérales sont bien plus avancées qu’on ne le pense.

Mais cet optimisme n’est peut-être pas totalement innocent et tient peut-être plus de la méthode Coué que d’un véritable enthousiasme libéral. L’Open VLD semble en tout cas redouter la perspective d’une formation du gouvernement fédéral sans la N-VA, qui impliquerait donc la présence des écologistes flamands et francophones.

Dans "De Tijd" Gwendolyn partage en tout cas ses craintes par rapport à cette deuxième option. Selon la présidente de l’Open VLD, le premier scénario unissant PS et N-VA "n’est déjà pas simple". La composition d’une majorité réunissant le PS, le sp.a, l’Open VLD, le MR, le CD&V, Ecolo et Groen serait à ces yeux "encore moins simple". 

Idéologiquement, les libéraux flamands sont effectivement assez éloignés des écologistes. L’Open VLD serait la formation la plus à droite de cette majorité, avec une difficulté d’appliquer son programme dans un gouvernement comptant plusieurs partis de gauche. Par ailleurs, cette deuxième formule ne permet pas d’obtenir une majorité dans le groupe linguistique flamand. L’Open VLD craint donc, dans ce cas, les reproches nourris d’une opposition flamande menée par le Vlaams Belang et la N-VA.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK