Alexander De Croo futur Premier ministre: le "fils de" qui a su se faire un prénom

Selon plusieurs sources (mais certains refusaient encore de confirmer), un accord est bien tombé entre les sept partis de la Vivaldi pour le nom du futur Premier ministre: il s'agira de l'Open-VLD Alexander De Croo.

Enfin un poste que son père n’aura pas exercé avant lui !  En effet, si Herman De Croo, 83 ans désormais, a été député, ministre (national, on ne disait pas encore fédéral), bourgmestre de Brakel, président du VLD, ministre d’Etat, président de la Chambre, et finalement député flamand, il n’est jamais allé jusqu’au 16, rue de la loi.

Et c’est clair, en 11 années de vie politique, Alexander De Croo, "fils de", a su se faire un prénom.

 

4 images
Alexander De Croo Premier ministre: le "fils de" qui a su se faire un prénom © DIRK WAEM - BELGA

Marié, père de deux enfants, Alexander De Croo est né à Vilvoorde le 3 novembre 1975. En novembre 1990, âgé d'à peine 15 ans, participe à une émission de la VRT pour parler justement de ce statut de "fils de" : 

Alexander De Croo ne se destinait précisément pas a priori à une carrière politique : un master d’ingénieur commercial à la VUB (en collaboration avec la Solvay Business School) en 1998, complété d’un MBA à l’Université de Chicago, travaillant même d’abord plusieurs années (2000-2006) au Boston Consulting Group, un cabinet de conseil international en stratégie d’entreprises. Il avait même fondé sa propre boîte de conseil en propriété intellectuelle, Darts-ip.

 

Président de parti à 34 ans

Mais le virus de la politique est bien là. Timide… au début. En juin 2009, Alexander De Croo se présentait aux élections européennes pour l’Open VLD, 10e sur la liste, mais n’était pas élu, malgré 47.779 voix de préférence. La surprise viendra de son élection avec 55% des voix (face à Marino Keulen) – alors qu’il n’a aucune expérience significative, aucun mandat électif même pas alors au plan communal -, le 12 décembre 2009, comme président du parti libéral flamand, succédant ainsi à Guy Verhofstadt revenu temporairement à la barre d’un parti en déroute. Un poste qu’avait aussi détenu son père Herman de 1995 à 1997.

Alexander De Croo s’illustre alors d’abord par la volonté de moderniser et relancer son parti, mais on retiendra surtout la décision en avril 2010 de "retirer la prise" du gouvernement fédéral Leterme, faute de solution dans le fameux dossier de la scission de l’arrondissement politique et judiciaire de Bruxelles-Halle-Vilvoorde. Décision qui entraîna la convocation des élections fédérales du 13 juin 2010.

Il sera alors élu sénateur (avec un joli score personnel de 301.917 voix de préférence, troisième meilleur score en Flandre après Bart De Wever et la CD&V Marianne Thyssen) mais l’Open Vld paiera dans les urnes le prix de son accélération du calendrier électoral. Alexander De Croo siégera au Sénat de 2010 à 2012, tout en étant négociateur libéral flamand des accords pour une 6e réforme de l’Etat.

Ministre fédéral depuis 2012

En octobre 2012, durant le même mois, il reprend à la fois le flambeau de son père comme bourgmestre de Brakel et devient ministre fédéral dans l’équipe d’Elio Di Rupo, comme vice-Premier ministre Open Vld et ministre des Pensions, en remplacement de Vincent Van Quickenborne parti ceindre l’écharpe maïorale à Courtrai. Il renonce alors – après 3 ans en fonction – à la présidence de son parti qui reviendra à Gwendolyn Rutten, l’une de ses adversaires lors du scrutin interne de 2009.

4 images
Alexander De Croo Premier ministre: le "fils de" qui a su se faire un prénom © DIRK WAEM - BELGA

Elu député fédéral en mai 2014 (avec 78.000 voix de préférence, premier score de sa province), il poursuit sa carrière ministérielle dans le gouvernement de Charles Michel, comme vice-Premier toujours et ministre de la Coopération au développement, de l’Agenda numérique, des Télécommunications et de la Poste. Sauf qu’à ce moment il semble être quelque peu éclipsé par une autre figure plus populaire au sein de l’Open Vld, à savoir Maggie De Block. Mais son heure reviendra…


►►► A lire aussi: Le Roi, cet acteur important dans la formation d'un gouvernement, vraiment ?


Il enchaîne également les missions à l'étranger comme ici au Bénin en 2018, où Alexander De Croo troque son costume pour un style plus décontracté. 

4 images
Alexander De Croo Premier ministre: le "fils de" qui a su se faire un prénom © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Après le départ de la N-VA du gouvernement Michel en décembre 2018, il était devenu ministre des Finances. Poste qu’il détient toujours aujourd’hui dans le gouvernement de Sophie Wilmès, s’étant notamment illustré récemment par un livre "De eeuw van de vrouw" plaidoyer pour l’égalité hommes femmes ou notamment en menant personnellement les négociations pour un refinancement de la compagnie Brussels Airlines. 

En mai 2020, lors du scrutin interne pour le bureau politique de son parti, il a été élu vice-président de l’Open VLD dont Egbert Lachaert, qu’il avait soutenu, avait été choisi comme nouveau président. Une carrière fulgurante en somme…

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK