Alerte vent: les pompiers parfois dérangés pour des interventions bénignes

La Belgique est actuellement balayée par de forts coups de vent avec des rafales proches de 90 km/h, de quoi à nouveau déclencher l'alerte jaune dans le pays. Pour autant, beaucoup d'appels reçus mais aussi d'interventions effectuées se révèlent inutiles une fois sur les lieux.

Les pompiers, qui se tiennent prêts à intervenir en cas de dégâts, sont souvent soumis à des coups de fil intempestifs pour de "fausses urgences". D'ailleurs parmi les nombreux coups de fil reçu par les dispatchings du numéro 1722 durant le week-end, une grande proportion d'entre eux n'ont même pas nécessité une intervention des services de secours: "Des petites missions comme des tuiles, des ardoises qui ont bougé et au final on déforce les effectifs de missions bien plus importantes et  là il y a un risque pour la population", explique le caporal Poncelet, pompier à Namur.

Qu'il s'agisse de branches qui s'effondrent ou des tuiles qui s'envolent, les interventions lors de vents violents ne manquent pas pour les pompiers mais le capitaine D'Aquino considère que beaucoup d'interventions pourraient être réalisées par les particuliers sans danger: "Déplacer certains branchages ou autres, c'est à la portée des gens et puis on peut aussi prévoir ce genre de choses... Les pompiers sont loin d'être absolument nécessaires dans beaucoup d'appels reçus".

Les pompiers doivent dès lors prioriser leurs interventions. Ils en appellent à la responsabilité de chaque citoyen face aux intempéries. Il faut libérer les lignes téléphonique et laisser la place aux interventions réellement prioritaires.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK