Alda Greoli: il ne faut pas régionaliser la Communauté française

Alda Greoli: il ne faut pas régionaliser la Communauté française
Alda Greoli: il ne faut pas régionaliser la Communauté française - © NICOLAS LAMBERT - BELGA

Cela fait six mois qu'elle est au gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, comme vice-présidente, et aux commandes de la culture, et la cdH Alda Greoli n'est pas déçue en ce jour de fête car elle y croit, à la Communauté française. Pour elle, l'école, l'audiovisuel, la culture, le sport, l'aide à la jeunesse, "c'est la Communauté française".

"C'est ce qui unit l'ensemble des francophones de ce pays, la Communauté a toutes les raisons d'exister", dit Alda Greoli pour qui cette institution a toutes les raisons d'exister, avec un gouvernement pour gérer ces compétences de façon optimale au quotidien. Si Jean-Claude Marcourt (PS) pense à régionaliser, "c'est son point de vue, et en tout cas ce n'est pas le mien, et ce n'est pas le point de vue du terrain".

Prenant l'exemple des subsides aux théâtres, la ministre insiste sur le lien entre Bruxelles et la Wallonie pour la culture, car il ne faut pas la "replier sur des bouts de territoire". Par contre, pragmatique, elle admet à l'instar de Maxime Prevot, qu'il est possible de "réfléchir à un certain nombre de choses pour voir comment on peut les optimaliser et mieux répondre aux besoins".

Budget: faire bouger les lignes

La ministre de la Culture n'exclut pas de sortir de l'orthodoxie budgétaire extrême pour par exemple financer le pacte d'excellence qui nécessitera de nouveaux moyens. Pour la qualité, pour construire des bâtiments, pour créer 20 000 places supplémentaires, et pour les Régions,  faire des investissements en matière de mobilité, il faudra, "sans être irresponsable", prévoir des "investissements utiles".

Concernant la gouvernance et les détournements au Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel (500 000 euros), Alda Greoli estime qu'il n'y a pas eu manque de supervision et de règles : dès qu'il y a eu des soupçons, le coupable a été arrêté, "il y a un renforcement des méthodes de suivi des comptes, c'est nécessaire".

L'illusion de la culture gratuite

Le numérique et les nouvelles technologies ont pu donner l'impression que la consommation de la culture était gratuite. Face à cela, Alda Greoli dit privilégier une démarche culturelle qui ne soit pas consumériste : pour elle, il faut donc un prix à payer, fut-il symbolique.

Trop de publicité à la RTBF?

Sur la place de la publicité à la RTBF, la ministre de la Culture préfère ne pas s'immiscer dans les compétences du Conseil d'administration de la radio-télévision publique : en tout cas, elle n'a pas été pas choquée ce matin par la publicité.

Sur l'idée de privatiser la RTBF, Alda Greoli estime qu'il faut se pencher sur la question des partenariats utiles à la RTBF.

Pas de crise au cdH

Enfin, après les sondages peu favorables à son parti, la ministre cdH dément que le cdH soit en réunion de crise : il est parfaitement normal pour tout parti de se réunir en septembre, dit-elle, à l'heure de la confection des budget.

"Quel parti ne s'est pas réuni ce mois-ci?" répond Alda Greoli. Président, ministres et parlementaires centristes se sont réunis lundi soir à Namur. Et on a parlé sondage, confirme la ministre de la Culture. Mais il n'y a pas de crise, "cette réunion était prévue de longue date", a-t-elle martelé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK