Ajustement budgétaire: la Fédération Wallonie-Bruxelles ne creusera pas davantage son déficit

Ajustement budgétaire: la Fédération Wallonie-Bruxelles ne creusera pas davantage son déficit
Ajustement budgétaire: la Fédération Wallonie-Bruxelles ne creusera pas davantage son déficit - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles n'a pas l'intention de creuser davantage son déficit programmé pour 2018 à l'occasion de son ajustement budgétaire, attendu la semaine prochaine.

"L'objectif est de ne pas dépasser les 221 millions de déficit prévus à l'initial, voire de faire peut-être un peu mieux", a confié mercredi André Flahaut, le ministre du Budget de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Demandes de financement complémentaire

Réuni mercredi en conseil des ministres, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles est entré dans le vif de son conclave budgétaire qui devrait aboutir normalement la semaine prochaine.

Au niveau des recettes, la Fédération peut s'attendre à 40 millions d'euros supplémentaires grâce à des paramètres macro-économiques (inflation, croissance) plus favorables. En revanche, les rentrées liées à l'évolution du nombre d'élèves en Flandre et en Fédération seront moins favorables que prévus pour cette dernière, a indiqué André Flahaut.

Outre l'indexation inévitable d'une série de dépenses, le gouvernement doit également arbitrer quelque 50 millions d'euros de demandes de financement complémentaire pour l'exercice en cours.

On va devoir intégrer ce qui est inévitable

"On va devoir intégrer tout ce qui est inévitable comme dépenses, et puis passer au peigne fin les demandes de dépenses nouvelles afin de rester dans les clous du déficit programmé", précise André Flahaut.

Les ministres se retrouveront lundi pour la suite des discussions budgétaires.

D'ici là, des groupes techniques ont été chargés d'examiner tous les budgets sous-consommés par certains organismes, dont l'ONE, afin de trouver éventuellement ici ou là des moyens complémentaires.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK