Aides et subsides wallons : les règles vont changer

L’heure est encore à la décontraction et aux sourires. Les mois qui viennent seront sans doute plus tendus quand s’engagera la réforme des budgets
L’heure est encore à la décontraction et aux sourires. Les mois qui viennent seront sans doute plus tendus quand s’engagera la réforme des budgets - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

On a souvent dit ces dernières années que la Wallonie avait stoppé son déclin. Les statistiques assurent pourtant le contraire. Le discours rassurant sur le redémarrage wallon s’appuie sur des réussites ponctuelles que les chiffres globaux ne confirment pas.

La Wallonie reste sous la moyenne européenne et elle continue à décrocher. La nouvelle coalition au pouvoir a promis hier une réaction forte.

L’érosion continue et il est moins une

L’optimisme n’excuse pas l’aveuglement : 620 millions de transferts annuels qui vont bientôt disparaître, un chômage qui reste élevé et une économie qui patine dans un climat communautaire qui laisse présager des difficultés, voilà le constat.

Déclin moins fort mais continu

Philippe Destatte dirige l’Institut Destrée. La méthode Coué a ses limites et ce sont les chiffres, dit-il. "Sauf le Brabant wallon, toutes les provinces wallonnes se trouvent largement en dessous de la moyenne européenne en termes de PIB/habitant et en pouvoir d’achat." Pire ! Statistiques à l’appui, il démontre que la situation se dégrade.

Budget "zéro"

Le Gouvernement wallon tempère mais admet qu’un électrochoc est nécessaire. Ce jeudi, il a décidé d’un calendrier d’actions qui commence par remettre tous ses budgets à plat : des organismes vont disparaître, les aides à l’emploi seront revues, certaines entreprises perdront des subsides, d’autres en gagneront.

La majorité tiendra-t-elle le choc ?

"Lorsqu’on réorganise, admet Willy Borsus, on sait que techniquement et politiquement, ce sera extrêmement difficile." Le ministre de l’Economie s’attend à ce que, sur le terrain, chacun défende son bout de gras. La tentative de réforme des APE menée par Pierre-Yves Jeholet a montré que les résistances peuvent être vives. Il devine que cette réforme mettra aussi à l’épreuve la cohésion de la majorité PS-MR-Ecolo.

Le programme

Le travail sera d’abord mené par les cabinets et des experts. On prendra note des expériences menées à l’étranger. On tiendra compte des remarques de la Cour des Comptes. On concertera avec toutes les parties concernées. Voilà le programme du Gouvernement wallon.

La première étape – un examen de la situation actuelle – est prévue en février. En octobre, examen général des dépenses et vue sur les pistes de changement. Et, en 2022, le budget devrait concrétiser les premières inflexions.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK