Aide juridique: "dialogue de sourds" entre les avocats et la ministre

Les bâtonniers ont mené une action au cabinet de la ministre Turtelboom
Les bâtonniers ont mené une action au cabinet de la ministre Turtelboom - © RTBF

Les représentants des 28 bâtonniers du pays, flamands et francophones, se sont présentés ce lundi matin en toge au cabinet de la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom. Ils voulaient mettre la pression face aux menaces que font planer les coupes budgétaires sur l'aide juridique. Ils ont été reçus par des collaborateurs de cette dernière et sont repartis déçus.

Les avocats maintiennent la pression : ils réclament le maintien de la valeur des points avec lesquels les pro-deo sont rétribués. Pour satisfaire à cette demande, il faudrait consacrer 20 millions d'euros supplémentaires dans le budget 2013. Il y a peu de chance qu'on puisse les dégager et les avocats engagés dans l'aide juridique sont découragés. Maître Eric Lemmens, bâtonnier du barreau de Liège, explique au micro de Daphné Van Ossel : "Je pense que nous sommes comme d'habitude en présence d'un véritable dialogue de sourds. D'abord nous n'avons pas pu rencontrer la ministre de la Justice. C'est évidemment le signe de l'importance qu'elle attache à la demande légitime qui est formulée. Et ensuite nous avons eu pour seule réponse l'impossibilité budgétaire et le fait que cette impossibilité serait partagée par tous les partis de la majorité. Je suis extrêmement surpris de constater qu'aujourd'hui, on nous dit que tous les partis de la majorité sont opposés à l'idée de défendre l'accès à la Justice au profit de chacun".

Néanmoins, les avocats vont "essayer de poursuivre le dialogue et d'y inclure, au-delà de la ministre de la Justice, le Premier ministre et tous les vice-premiers ministres. Il faut que le gouvernement prenne ses responsabilités. Et si nous ne sommes pas entendus, je pense que nous serons contraints de reprendre des mesures sévères comme celles que nous avons adoptées avant l'été, c'est-à-dire des mesures de grève de l'aide juridique", menace Eric Lemmens.

Le PS presse Annemie Turtelboom d'agir

Le PS s'en prend à la ministre de la Justice Annemie Turtelboom et à travers elle à l'Open Vld, coupables à ses yeux de vouloir couper sans cesse dans les dépenses de l'Etat avec pour conséquence que celui-ci ne puisse plus assumer ses missions essentielles, notamment l'aide juridique. Il prie la ministre de bien vouloir mettre ce dossier à l'agenda.

"En réalité, le PS constate que la ministre Vld préfère se retrancher derrière ses partenaires de majorité plutôt que d'avoir le courage d'assumer ses propres contradictions. En effet, à force de réclamer encore et toujours des diminutions de budget dans les services publics, le résultat est immanquablement que l'Etat se retrouve incapable d'assumer ses missions essentielles", fait observer le parti.

"Si l'accord de gouvernement prévoit que l'aide juridique doit être réformée, il prévoit surtout que l'accès à la justice doit être garanti. La réforme ne pourra mettre à mal l'accès à la justice de ceux qui disposent des plus faibles revenus", avertit le parti socialiste en appelant la ministre à mettre ce dossier "au plus vite à l'agenda du gouvernement".

Le président du PS, Thierry Giet, a pris acte des déclarations des bâtonniers suite à leur rencontre avec les représentants de la ministre de la Justice. Il a rappelé que le PS "a toujours été et continue à être à la pointe du combat de l'accès à la justice pour tous", précisant qu'avec Laurette Onkelinx comme ministre de la Justice, le budget de l'aide juridique a connu sa plus importante augmentation (+ 80%).

A.L. avec D. Van Ossel et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK