Ahmed Laaouej (PS) sur la mission de préformation : "C'est de la courtoisie démocratique de répondre au Palais"

Le PS Ahmed Laaouej ne croit pas beaucoup à un gouvernement avec N-VA et PS
Le PS Ahmed Laaouej ne croit pas beaucoup à un gouvernement avec N-VA et PS - © RTBF

La mission de préformation confiée au PS Rudy Demotte et au N-VA Geert Bourgeois ne suscite pas l’enthousiasme chez tout le monde. A commencer par certains membres du PS. Ahmed Laaouej, chef de groupe PS au parlement fédéral, ne cache pas son scepticisme : "Les différences entre le PS et la N-VA sont évidentes. On voit bien que d'un côté, on a la N-VA qui prend des libertés avec les valeurs démocratiques, mène en Flandre des politiques antisociales avec des relents xénophobes.  Et d'un autre côté, le PS qui veut répondre aux urgences sociales, est attaché à la démocratie et veut aussi le respect des francophones de Wallonie et de Bruxelles. Donc je ne vois pas ce qui aujourd'hui nous rapproche de la N-VA. Pour le reste, c'est la courtoisie que de répondre à l'initiative du Palais royal."  Entendez : Rudy Demotte se doit de répondre à la demande du Palais mais PS et N-VA n’ont pas pour autant des points communs. Le ton est donné quant aux chances d’aboutir à la formation d’un gouvernement autour du PS et de la N-VA.

Les autres partis : entre observation et pression

On l’oublierait presque, mais PS et N-VA ne sont pas seuls. D’autres partis sont impliqués dans les discussions entamées jusqu’ici. Au MR, on attend des avancées rapides, comme l’indique la négociatrice libérale, Sophie Wilmès : " La dégradation des paramètres macroéconomiques, les incertitudes autour du Brexit, l’explosion des coûts liés au vieillissement, les attentes en termes de pouvoir d’achat, les aspirations climatiques sont autant d’urgences qui en appellent à notre sens des responsabilités". Même son de cloche chez le chef de groupe MR à la Chambre, David Clarinval : "Il est temps que PS et N-VA mettent les mains dans le cambouis pour trouver des solutions et apporter des éléments pour conclure un accord de gouvernement."

Les écologistes, qui ne sont plus associés aux discussions, mettent aussi la pression, tout en attendant leur tour : "Il y a une préférence qui est mise en avant, c'est que PS et N-VA arrivent à un accord. Nous en prenons acte mais alors qu'on avance, qu'on aille au bout des choses et qu'ils négocient en essayant d'obtenir un accord.   Et si cela ne marche pas, d'autres solutions existent pour lesquelles nous sommes disponibles" explique le député Ecolo Gilles Vanden Burre.

Et du côté de la N-VA, qu’en pense-t-on ? Visiblement, on préfère ne pas se mouiller. En témoigne la réponse de Peter de Roover, chef de groupe N-VA à la Chambre, à nos questions :" je n’ai rien à ajouter à cette désignation." 

Journal télévisé 13H

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK