Agriculture: la Belgique votera bien l'interdiction du chlorprophame, souligne D. Ducarme

Le  chlorprophame est utilisé dans la culture des pommes de terre
Le chlorprophame est utilisé dans la culture des pommes de terre - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

La Belgique votera en faveur de l'interdiction du chlorprophame au sein du Comité européen permanent sur les végétaux, les animaux, les denrées alimentaires et les aliments pour animaux, responsable de la mise en place de mesures de sécurité sanitaire. Celui-ci qui doit se prononcer le 24 ou le 25 janvier sur l'utilisation de cet anti-germinatif essentiellement utilisé dans la culture de la pomme de terre et dont les effets sont nocifs pour la santé, a indiqué mercredi le ministre fédéral de l'Agriculture Denis Ducarme.

"Le rapport de l'Européen Food Safety Authority (EFSA)est clair: le chlorprophame est une substance néfaste tant pour la santé humaine - et donc aussi pour nos agriculteurs - que pour l'environnement. La Belgique continuera donc à plaider pour l'interdiction de ce produit. Cette position s'inscrit pleinement dans la politique menée par le gouvernement face à ce type de substance", a commenté Denis Ducarme.

Selon un rapport de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), de nombreux effets néfastes ont été identifiés pour le chlorprophame, notamment sur le sang, les reins, le foie, la rate et la thyroïde. Il apparait en outre qu'une surexposition à ce produit peut particulièrement affecter les enfants qui sont par définition un public vulnérable. Ce produit a de plus la particularité de persister dans les matériaux des hangars ayant servi au stockage des pommes de terre.

Alternatives

Toujours selon le ministre de l'Agriculture, la Commission européenne souhaite donc l'interdire ce produit, ce que comprend le secteur. Bien qu'ils continuent à utiliser le chlorprophame, les agriculteurs et l'industrie ont également conscience de sa dangerosité et de la nécessité de développer des alternatives.

Le vote sur l'interdiction de ce produit était initialement prévu en décembre 2018. Il avait cependant dû être postposé, faute de majorité qualifiée en faveur de l'interdiction. Ce vote sera à nouveau à l'ordre du jour jeudi ou vendredi.

D'après le ministre Ducarme, la position de la Belgique visant à interdire cette molécule "dangereuse pour la santé humaine" s'inscrit dans le contexte des initiatives menées, selon lui, par le gouvernement depuis le début de la législature afin de réduire la dépendance aux pesticides. C'est ainsi que depuis le 1er janvier dernier, l'ensemble des herbicides synthétiques, soit 104 produits, en ce compris les produits à base de glyphosate, sont interdits à la vente pour les particuliers.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK