Afghanistan: les premiers belges reviennent de Kaboul

A Kaboul, les opérations de rapatriement avancent. Les Américains qui dirigent la manœuvre et donnent naturellement une priorité à leurs ressortissants ont déjà pu évacuer plus de 3.000 personnes. Entre les mouvements US, les Européens essaient de rassembler un maximum de nationaux. Quelquefois, ils font aussi place aux citoyens de pays voisins. C'est ainsi que 16 Belges ont pu embarquer sur un avion néerlandais en compagnie de 2 Allemands et de 2 Britanniques. Le ministre néerlandais de la Défense a confirmé qu'ils ont quitté Kaboul sur un C-17 des Pays-Bas. Un autre ressortissant belge a pu embarquer à bord d'un vol français qui avait également fait de la place à 4 Néerlandais.

Et les opérations belges ?

Mardi, un Falcon est parti de Melsbroek pour préparer le rapatriement des Belges. L'équipe qu'il transporte va, depuis Kaboul, assurer la liaison avec l'ambassade au Pakistan où la logistique est organisée. Elle accueillera également les passagers.
Comme annoncé, les autres avions dédiés au rapatriement proprement dit partent ce mercredi. A 13 heures, un premier C130 a quitté le tarmac bruxellois. Il transporte le matériel utile aux militaires qui organisent l’évacuation des ressortissants belges ainsi que des Afghans que la Belgique accueille. Sa destination est Islamabad, au Pakistan.

Etalement des départs

Une demi-heure plus tard, un deuxième C130 le suit avec cette fois une vingtaine de personnes à son bord. Plus tard au cours de l'après-midi, ce sera au tour de l’Airbus A400M. Cet avion peut emmener une centaine de passagers. Les C130 sont destinés à faire la navette entre Kaboul et Islamabad. Le A400M devrait revenir avec l’ensemble des passagers à Bruxelles.


►►► La Belgique va aussi évacuer d'Afghanistan les activistes pour les droits des femmes


Opérationnel dès demain ?

La Défense nationale explique que les C130 doit faire une escale technique sur le trajet. C'est la raison pour laquelle ils partent en premier. L'Airbus peut, lui, atteindre sa destination d'une traite. Mais la durée du trajet implique que les appareils n’auront pas tous rejoint leur base avancée au Pakistan avant demain. La logistique devra alors être déployée. On s’attend à ce que les rapatriements prennent plusieurs jours.

 

Sur le même sujet...

JT du 17/08/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK