Affaire Semlex: Alain Destexhe joue-t-il les lobbyistes en Afrique?

"Une amitié vieille de quinze ans." Voilà comment Alain Destexhe (MR) justifie les curieuses relations d'affaires qu'il entretient avec Albert Karaziwan, patron de Semlex. Cette entreprise qui produit des passeports intéresse la Justice pour la manière dont elle décroche des marchés publics en Afrique.

Le nom d'Alain Destexhe apparaît à coté de celui du patron de Semlex lors de déplacements. Et, selon le journal d'investigation Médor qui a eu accès à des documents, il était alors clairement question d'agir auprès de mandataires publics pour faciliter l'octroi d'un permis de séjour en faveur d'un agent commercial de Semlex.

Il ressort des éléments rapportés qu'Alain Destexhe utilise son carnet d’adresses au profit de la société. Rien d'illégal, répond l'intéressé, mais, il n'empêche, des questions se posent quant au caractère désintéressé de son assistance à une société privée.

Cette dame nous sert d'intermédiaire dans différents contrats

Un écrit est révélateur des curieuses pratiques en vigueur au sein de Semlex. La directrice financière s'adresse à Alain Destexhe : "Pourriez-vous introduire une demande de carte de séjour pour Madame Ahmed Idriss Zina Wazouna, épouse de chef d'État ? Cette dame nous sert d'intermédiaire dans différents contrats au sein de pays africains".

Et dans le même document elle ajoute : "La camionnette demandée à Albert pour votre campagne électorale sera à votre disposition à l'adresse et aux heures convenues". 

Les consignes seront visiblement bien reçues par Alain Destexhe qui contactera dans la foulée le bourgmestre de Waterloo, alors encore Serge Kubla (MR), lieu où la dame, Zina Wazouna, a fait l'acquisition d'une maison.

Pour qu'elle puisse s'établir à Waterloo plutôt qu'en Suisse

Dans les arguments utilisés pour justifier une intervention, Alain Destexhe indique : "C'est l'épouse du président tchadien et la sœur du président de la banque centrale. (...) Elle aide les hommes d'affaires belges à obtenir des contrats. Je n'ai personnellement aucun intérêt dans l'histoire, mais je suis sollicité pour qu'elle puisse s'établir à Waterloo plutôt qu'en Suisse où les autorités cherchent à la faire venir".

Alain Destexhe ne fait pas mention dans son courrier du nom de son donneur d'ordre, la société Semlex. Il communique le numéro de passeport de l'intéressée et remercie par avance le bourgmestre pour les conseils qu'il pourra prodiguer à la dame.

Tout cela se déroulait en 2009. Peu avant les élections de juin où Alain Destexhe briguait sa réélection au Sénat ainsi qu'un mandat de cinq ans au parlement bruxellois. L'épisode de la camionnette n'évoque plus de souvenirs précis : "J'ai dû la déclarer dans mes comptes de campagne...", a-t-il répondu au journaliste de Médor.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
JT 19h30
en direct

La Une

JT 19h30