Baromètre politique: l'affaire Publifin a été désastreuse pour l'image du monde politique

L'affaire Publifin, désastreuse pour l'image du monde politique.
L'affaire Publifin, désastreuse pour l'image du monde politique. - © BRUNO FAHY - BELGA

L'affaire Publifin, qui fait actuellement l'objet d'une commission d'enquête au Parlement wallon, n'a pas amélioré l'image que les citoyens ont de leurs élus. C’est ce qui ressort clairement de ce nouveau volet du "baromètre politique" RTBF-La Libre, réalisé par l'institut Dedicated, avec cette fois l’analyse de l’impact auprès de la population de l’affaire de gouvernance qui touche l’intercommunale liégeoise.

Ils sont plus de la moitié à Bruxelles, 2/3 en Wallonie à s’intéresser à ce dossier. Et leur verdict est très clair: suivant les régions, entre 8 et 9 francophones sur 10 estiment que cette affaire est grave, "vraiment très grave" même dans la plupart des cas (54% à Bruxelles, 61% en Wallonie).

Pour plus de la moitié des personnes interrogées, le système mis en place dans cette intercommunale sert à "recaser" et à "bien rémunérer" des "serviteurs fidèles" des partis. Une allusion évidente aux fameux comités de secteur de Publifin.

En proportion semblable, les sondés pensent que des intérêts publics ont été privatisés pour permettre à certains d’en profiter en échappant au contrôle politique. Et là, c’est le transfert d’activités de l’intercommunale vers sa filiale Nethys qui est visé.

Plus cinglant encore: en majorité, les personnes consultées estiment que le monde politique se sert avant de servir la population, et que la corruption n’a pas disparu.

Peu d'espoir dans la commission d'enquête

Enfin, à propos du travail de la commission d’enquête Publifin au parlement de Wallonie, plus de la moitié des gens consultés ne s'attendent à aucun résultat, car pour 56% des Bruxellois et 63% des Wallons, "les loups ne se mangent pas entre eux".

C’est donc une confirmation: cette affaire est déplorable pour l’image des partis et des institutions.

@RudyHermans

Ce sondage a été réalisé par internet entre le 16 et le 20 mars, auprès de 2.898 électeurs des 3 régions. Marge d'erreur de 3,2% en Wallonie et à Bruxelles.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK