Affaire Khashoggi: "Nous n'excluons pas une suspension de la livraison des armes à l'Arabie saoudite", selon Willy Borsus

Les réactions internationales se multiplient après la mort du journaliste Jamal Khashoggi. Ce journaliste très critique envers le régime de Ryad avait disparu après une visite au consulat saoudien d’Istanbul. Mais cela peut-il pousser certains pays occidentaux à stopper la vente de leurs armes à l’Arabie saoudite ? Certains ne souhaitent pas à l’image des Etats-Unis. Le président américain, Donald Trump estime que d'éventuelles sanctions contre Ryad nuiraient aux milliards de dollars de contrats d'armement entre les deux pays. Côté belge, surtout wallon, les autorités sont beaucoup plus nuancées.

"Si les faits sont avérés, nous n’excluons pas une suspension de la livraison des armes à l’Arabie saoudite", nous a expliqué le ministre président wallon, Willy Borsus.  Néanmoins, pour le ministre-président wallon, il faut avant tout y voir plus clair dans cette affaire. "Nous soutenons, totalement, la demande européenne d’une enquête sérieuse et approfondie… Si les faits sont confirmés, c’est gravissime", conclut Willy Borsus.

>>> À lire aussi : Quels sont les pays qui soutiennent l'Arabie saoudite ?

L’Etat belge privilégie une réaction concertée entre pays européens

Les circonstances troublantes du décès du journaliste Jamal Khashoggi et les explications de l’Arabie Saoudite ne convainc pas la communauté internationale. La Belgique, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, insiste pour que la réaction des pays européens soit concertée. "Nous avons déjà pris l’initiative de demander un embargo au niveau européen. C’est la position de la Belgique", explique Didier Reynders concernant l’exportation d’armes vers l’Arabie saoudite.

"Jusqu’à présent, il y a un blocage de plusieurs grands pays européens sur cette idée d’un embargo", poursuit le ministre des Affaires étrangères. "Un blocage existe, au niveau européen, même s’il s’agit que d’un embargo temporaire. Il faut aussi regarder la situation au Yémen. Ce pays vit une catastrophe humanitaire. Est-ce que l'on doit encore y contribuer à travers la fourniture d'armes à l'Arabie Saoudite ?"

L’Arabie saoudite est le troisième client de la FN Herstal

Willy Borsus se concertera avec Didier Reynders ce lundi. Le dossier est complexe pour la Wallonie. L’Arabie saoudite est le 3e client de la Fabrique Nationale, située à Herstal. En 2017, cette fabrique wallonne d’armement a vendu pour 157 millions d’euros de matériel à l’Arabie saoudite. Cela représente le quart des exportations de la FN Herstal. 

En juin dernier, déjà, le Conseil d'Etat avait fait suspendre 6 licences d'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite. Motif : défaut de prudence dans l'octroi de ces licences. La pression s'accroît sur les Wallons, obligés à l'avenir de justifier que vendre des armes à l'Arabie saoudite n'aura pas d'impacts sur les droits fondamentaux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK