Affaire Boël: début du procès intenté il y a un an contre Albert II

Illustration - Affaire Boël: début du procès intenté il y a un an contre Albert 2
Illustration - Affaire Boël: début du procès intenté il y a un an contre Albert 2 - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Les plaidoiries se poursuivent dans l'affaire Boël. Delphine Boël avait introduit, en 2013, une action visant à faire reconnaître le roi Albert II comme son père. Les plaidoiries ont débuté mardi matin devant la 12e chambre du tribunal civil de Bruxelles.

La parole est donnée, mardi après-midi, à Me Alain Berenboom, le conseil d'Albert II, la dernière partie à plaider.

Selon Me Philippe Grégoire, l'avocat de Jacques Boël, le juge devrait mener les débats "au finish" mardi après-midi. L'affaire sera ensuite mise en délibéré et une date sera fixée pour le prononcé du jugement.

Par ailleurs, selon Me Grégoire, le juge a admis au dossier, mardi matin, le test ADN de Jacques Boël, qui établit que celui-ci n'est pas le père biologique de Delphine Boël.

Delphine Boël avait introduit, en 2013, une procédure en contestation de paternité de Jacques Boël, son père légal, et en reconnaissance de paternité d'Albert II, devant le tribunal de première instance de Bruxelles.

Elle avait cité Albert II en justice pour qu'il se soumette à un test ADN. Par ailleurs, Jacques Boël avait déjà annoncé, lui, qu'il ne contesterait pas l'action en désaveu de paternité introduite par Delphine Boël à son encontre. De plus, selon ses avocats, il s'est soumis à un test ADN récemment qui révèle qu'il n'est effectivement pas le père biologique de Delphine Boël.

Celle-ci avait expliqué son action par le fait qu'elle subissait des discriminations en tant que fille présumée du roi Albert II.

Les débats se déroulent toute la matinée à huis clos. Un jugement n'est pas attendu avant plusieurs semaines.

 

Avec R. Sadani et Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK