Activités en plein air, Horeca, enseignement : le "calendrier indicatif" des prochains assouplissements

Après la "décision de ne rien décider" annoncée à l’issue du comité de concertation du 26 février dernier, les assouplissements des mesures destinées à endiguer la propagation du Covid-19 en Belgique étaient particulièrement attendus. Comme le veut ce qui est désormais devenu une tradition, le Premier ministre, Alexander De Croo, s’est réuni à 14h avec les différents chefs de gouvernement du pays afin de donner de nouvelles perspectives aux Belges. Résultat de cette rencontre : un calendrier d’assouplissement des mesures qui s’étale jusqu’au mois de mai avec une potentielle réouverture de l’Horeca et du secteur culturel.

Extension du nombre de contacts autorisés en extérieur, augmentation des cours en présentiel dans l’enseignement supérieur mais aussi et surtout échéances de nouveaux assouplissements pour les mois à venir étaient au menu de la conférence de presse qui s’est tenue à l’issue du comité de concertation de ce vendredi.

"La situation reste très délicate, on doit continuer à rester prudent et tout faire pour garder la situation sous contrôle", a d’emblée prévenu Alexander De Croo, peu après 19 heures. "En même temps nous sommes conscients de la nécessité de perspective, une période de 5 mois de mesure est un rude exercice", a poursuivi le chef du gouvernement fédéral.


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique ce vendredi 5 mars : "On a pour l’instant évité cette troisième vague"


L'élu libéral a ensuite expliqué comment se sont déroulées les négociations, sur base des opportunités d’assouplissements. Ce sont donc concernant les activités de plein air que des assouplissements ont été envisagés. L’objectif assumé par les autorités : que ces libertés retrouvées redonnent aux Belges la motivation de poursuivre le combat contre le virus en respectant les règles qui restent en vigueur. "On va pouvoir faire plus de choses à l’extérieur et ça va nous aider à mieux respecter les règles partout, aussi à l’intérieur", a indiqué Alexander De Croo.

Un "calendrier indicatif"

4 images
Alexander de Croo présente un "calendrier indicatif" des prochains assouplissements © Tous droits réservés

Les activités en plein air favorisées

  • Première phase : les rassemblements à l’extérieur sont élargis de quatre, depuis décembre, à 10 personnes. La mesure entrera en application dès le lundi 8 mars. 40 personnes pourront également être rassemblées dans le cadre de funérailles.
  • Deuxième phase en avril : les entraînements sportifs, les camps de jeunesse à l’extérieur, les parcs d’attractions mais aussi les marchés devraient à leur tour bénéficier d’un allègement des règles, incluant toutefois un maintien du port du masque. Tous ces lieux de rassemblement, bien qu’extérieurs sont pour l’heure, contraints de garder portes closes.
  • Troisième phase en mai : le mois de mai devrait être celui où le taux de vaccination des personnes les plus à risque sera "suffisant" pour envisager des assouplissements pour les activités en intérieur, s’est réjoui Alexander De Croo. À ce moment-là et "pour la première fois", la vis pourra être desserrée pour les activités intérieures telles que l’Horeca, le commerce, les sports, la culture, l’événementiel etc.

Le Premier ministre a toutefois précisé que ces assouplissements envisageables ne seront possibles que si la situation épidémiologique le permet.

Des perspectives pour l’enseignement

"La jeunesse est une priorité", a martelé le ministre président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet. C’est sans doute pour cette raison que bon nombre de mesures annoncées concernent l’enseignement.

"On a acté qu’après les vacances de Pâques, le 19 avril, ce sera 100% des élèves en retour dans les classes", a-t-il précisé. Le présentiel qui est actuellement à hauteur de 50% des cours dans les écoles secondaires redeviendra la norme mi-avril.

Dans l’enseignement supérieur, de 10%, les cours passeront à 20% de présence dans les universités et hautes écoles dès le 15 mars. De quoi donner une bouffée d’air aux jeunes qui alertent depuis de nombreux mois de leur détresse due aux conditions des cours dues aux mesures anti-Covid.


►►► À lire aussi : 20% de présentiel pour l’enseignement supérieur à l’issue du comité de concertation ? "Les étudiants en ont vraiment besoin"


 

Statu quo pour les voyages non essentiels

Le comité de concertation a sans doute douché les espoirs de ceux qui espéraient encore voyager à l’étranger lors des vacances de Pâques mais aussi des agences de voyages.

Les règles en vigueur sur les voyages non-essentiels sont maintenues jusqu’au 18 avril minimum. Déjà prolongée à plusieurs reprises, cette mesure sera à nouveau évaluée le 26 mars. "Nous estimons que c’est une mesure nécessaire pour limiter la propagation du virus", a conclu le chef du gouvernement.


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique : interdire les voyages non-essentiels, une mesure soutenue par les 27 selon De Croo


La vaccination au cœur des espoirs des autorités

Le gouvernement estime que le mois de mai est une échéance raisonnable pour envisager un vrai déboulonnage de la vis des règles imposées en Belgique, notamment dans des secteurs qui peinent à voir la lumière au bout du tunnel depuis de nombreux mois. Alexander de Croo a toutefois martelé ses espoirs dans la campagne de vaccination.

"Le seul vrai plan de sortie, c’est le plan de vaccination. Le déroulement de la vaccination sera l’élément de base qui nous permet de faire un pas en avant comme on le fait en avril et en mai", a-t-il ajouté.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK