Accusé de soutenir la Corée du Nord, le PTB se défend et contre-attaque

Accusé de soutenir la Corée du Nord, le PTB se défend et contre-attaque
2 images
Accusé de soutenir la Corée du Nord, le PTB se défend et contre-attaque - © BRUNO FAHY - BELGA

Accusé d'avoir soutenu ouvertement le régime totalitaire de Corée du Nord, le PTB nous a affirmé, par la voix de son porte-parole Raoul Hedebouw, qu'il ne soutenait en rien cette "dictature militaire". Et, s'agissant du document censé démontrer ce soutien, il déclare que "jamais il ne signerait un truc pareil". Le PTB a également contre-attaqué via le même média que son accusateur.

Tout est parti d’un article lu sur le site d’information Doorbrak.be. Ce dernier, acquis à la cause du "mouvement flamand" (Vlaamse Beweging) sans soutenir de parti politique, a publié une tribune accusatrice vis-à-vis du PTB. Pour rappel, la polémique concernant les rapports troubles de plusieurs cadres (Théo Francken et Jan Jambon principalement) de la N-VA avec les milieux collaborationnistes et les nostalgiques de l'occupation nazie bat alors son plein.

Souhaitant démontrer que la N-VA n'est sans doute pas le seul parti à devoir balayer devant sa porte, l’auteur de la tribune au vitriol, Pieter-Jan Van Bosstraeten, ancien collaborateur de la N-VA, taxe alors le PTB d'hypocrisie et attaque le parti marxiste en l’accusant, document à l'appui, de prendre parti pour le régime nord-coréen, le dernier régime stalinien de la planète.

Cette dictature totalitaire est notamment connue pour les conditions inhumaines de ces camps de rééducation (qui sont en fait de véritables camps de concentration) et dont les horreurs quotidiennes (famine, maladie, travail forcé, violence, viols, exécutions arbitraires,…) ont été rapportées par les rares rescapés qui sont parvenus à fuir le pays.

En résumé, Pieter-Jan Bosstraeten accuse le parti du Travail de Belgique d’avoir été, à l’occasion d’un séminaire communiste international, à l’initiative d’un projet de manifeste soutenant explicitement ce régime.

En 2011, le séminaire communiste international annuel de Bruxelles, à l’organisation duquel participe le PTB, proposait en effet un projet de résolution indiquant: "Nous, délégués de Partis communistes et ouvriers, participants à ce Séminaire, souhaitons plein succès et exprimons notre ferme solidarité avec le Parti du Travail de Corée" (PTC) dans sa "lutte pour la paix dans la péninsule de Corée". Le PTC est le parti unique de Corée du Nord, organe à partir duquel s’articule le régime dictatorial de la dynastie Kim.

"On ne signerait jamais un truc pareil"

Comme on le voit sur la capture d'écran ci dessus, le texte est bien un "draft", c'est-à-dire un projet de résolution et non une résolution. Il est daté du 5 mai 2011, alors que le séminaire a eu lieu plus d'une semaine plus tard, du 13 au 15 mai.

Contacté par notre rédaction, Raoul Hedebouw, député fédéral PTB et porte-parole du parti, a fermement nié que son parti ait jamais soutenu un tel texte. "On aurait jamais signé un truc pareil. Des appels à la paix dans la péninsule de Corée, certes. Des appels à la réconciliation des deux peuples coréens, d'accord. Des appels à la fin de l'ingérence américaine dans la région, oui. Mais un soutien à une dictature militaire de l'acabit de la Corée du Nord, jamais".

Dans le document que nous a fourni le PTB (voir lien ci-dessous), présenté comme la résolution effectivement adoptée lors du séminaire de 2011, la référence au régime nord-coréen a disparu et est remplacée par "nous, délégués de Partis communistes et ouvriers, participants à ce Séminaire, souhaitons plein succès et exprimons notre ferme solidarité avec le peuple de Corée dans la lutte importante pour la paix dans la péninsule de Corée".

Mais le parti d'extrême-gauche ne s'est pas limité à se défendre. Il a contre-attaqué. Et l'a fait via... le site doorbrak.be.

En effet, le PTB a publié sur le site flamand une tribune intitulée "En ce qui concerne le PTB, Théo Francken, Staf De Clercq et la Corée du Nord". On y lit notamment en conclusion: "si le PTB -pour la énième fois- a pris ici ses distances de la dynastie militariste de Corée du Nord, peut-être est-il temps que les Théo Francken et Ben Weyts prennent leurs distances des idées de Bob Maes et Staf De Clercq. Alors, tout ce battage aurait finalement servi à quelque-chose".

@julienvlass

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir