Accueil des sans-abri à Bruxelles: pas encore opérationnel, déplore Zuhal Demir

La secrétaire d'État Zuhal Demir (N-VA) dit déplorer "le résultat décevant de cette réunion".
La secrétaire d'État Zuhal Demir (N-VA) dit déplorer "le résultat décevant de cette réunion". - © ERIC LALMAND - BELGA

La secrétaire d'État à la Lutte contre la pauvreté et l'Égalité des chances Zuhal Demir (N-VA) signale ce mercredi soir que l'accueil de deuxième ligne pour les sans-abri à Bruxelles n'est pas encore opérationnel. Elle appelle la Région bruxelloise et la Ville de Bruxelles à œuvrer avec elle à une solution.

L'accueil de deuxième ligne est l'accueil rendu accessible lorsque les places de première ligne de la Région de Bruxelles arrivent à saturation.

À Bruxelles, le gouvernement fédéral fournit un refuge de nuit de deuxième ligne aux sans-abri pendant les mois d'hiver. Cette année, cette mission a été confiée à un consortium composé de la Croix-Rouge, du CAW Brussel et de Médecins du Monde. "Mais tous ces partenaires sont actuellement sans emploi en l'absence d'un lieu de travail", signale Zuhal Demir dans un communiqué.

"Nous avons perdu un autre jour crucial"

La secrétaire d'État indique qu'une réunion s'est tenue ce mercredi après-midi en présence de membres des cabinets des ministres bruxellois Rudi Vervoort (PS) et Pascal Smet (sp.a) afin de s'assurer qu'un accord avait été conclu entre les partenaires et Citydev. La Société de développement pour la Région de Bruxelles-Capitale doit en effet rendre disponible un bâtiment situé à Haren et déjà utilisé l'année dernière pour l'accueil.

"La réunion a été constructive, avec un accord conclu par tous les partenaires", indique Zuhal Demir. "Pourtant, Citydev a ensuite refusé estimant qu'il fallait s'assurer que le chauffage et l'alarme incendie étaient opérationnels."

La secrétaire d'État dit déplorer "le résultat décevant de cette réunion".

"Aujourd'hui, nous avons perdu un autre jour crucial", ajoute-t-elle. "Les moyens et les gens sont là. Je ne veux accuser personne de jeux politiques ou de laxisme, mais j'appelle la Ville, la Région et tous les autres partenaires à donner la priorité aux refuges pour sans-abri."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK