Accord sur le budget et tax shift: les premiers chiffres à retenir

Le chef de gouvernement a annoncé une conférence de presse que vous pourrez suivre ici à partir de 11h30.

Le gouvernement fédéral est parvenu à un accord sur l'ajustement budgétaire 2015, le budget 2016, la compétitivité et le virage fiscal ("tax shift") ont annoncé plusieurs ministres fédéraux ce jeudi, aux petites heures, via Twitter. A cette occasion, le Premier ministre Charles Michel a, avec un certain humour, refait le coup du "agreement", le tweet laconique qui avait annoncé l'accord sur la Grèce le 13 juillet.

On en saura donc plus à la mi-journée sur le contenu de cet accord qui était négocié de haute lutte à Val Duchesse depuis plusieurs jours.

En attendant d'en connaître le contenu détaillé, nous vous donnions dès mercredi les grandes lignes de ce qui y figurera: à lire ici.

"Mettre de l'ordre dans notre budget pour un équilibre en 2018"

Didier Reynders, vice-premier ministre (MR) a évoqué sur nos antennes "un glissement qui porte à la fois sur la consommation, qui porte aussi sur le capital, qui porte sur les taxes qui peuvent permettre de lutter contre des comportements nuisibles en matière de santé ou d’environnement". Pas très précis mais "tout cela sera expliqué assez largement en fin de matinée en conférence de presse", a assuré le ministre des Affaires étrangères.

"On va simplement, d’ici là, mettre en ordre les différents tableaux à vous présenter mais l’objectif était bien de mettre notre budget en ordre, d’avoir un assainissement budgétaire qui nous mène en équilibre à 2018, mais en même temps, d’ici là, soutenir les entreprises, la création d’emplois et en particulier les petites et moyennes entreprises. Soutenir le pouvoir d’achat par un glissement qui vient de la fiscalité indirecte, qui vient aussi de la fiscalité sur le capital, qui vient de la fiscalité, je dirais, environnementale et de santé", voilà le vaste programme présenté succinctement par notre ancien ministre fédéral des Finances.

La TVA sur l'électricité passera de 6% à 21% au 1er octobre

Dans l'entourage des négociateurs, l'on évoque un montant de 100 millions d'euros supplémentaire qui sera consacré au soutien du pouvoir d'achat des bas et moyens revenus.

La RTBF a pris connaissance de plusieurs mesures sont déjà chiffrées. En ce qui concerne l'augmentation de la TVA sur l'électricité, on sait en outre qu'elle interviendra dès le 1er octobre de cette année. Le gouvernement attend 700 millions d'euros de cette mesure.

Le gouvernement veut également favoriser la compétitivité des entreprises et supprimer l'écart salarial avec les pays voisins, a-t-on indiqué. Conformément à l'accord de gouvernement, les cotisations sociales sur les salaires devront baisser de 33% à 25%.

Une somme de 430 millions d'euros sera en outre affectée au développement des petites et moyennes entreprises.

En prenant en compte les deux milliards d'euros déjà réalisés au début de la législature, le virage fiscal représenterait, en vitesse de croisière, une somme de 7,2 milliards d'ici 2018. Sur l'ensemble de la législature, la pression fiscale globale aura diminué, a-t-on assuré. L'assainissement budgétaire se déroule quant à lui par le biais d'économies (et donc pas de nouvelles recettes), a-t-il été ajouté du côté des négociateurs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK