Accord prisons: des agents mécontents quittent le syndicat libéral

Des agents pénitentiaires mécontents quittent le SLFP
Des agents pénitentiaires mécontents quittent le SLFP - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Des agents pénitentiaires affiliés au SLFP quittent leur syndicat, mécontents que celui-ci ait signé le protocole d’accord négocié avec le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V). De plus, le syndicat ayant marqué son accord, il ne couvre plus les grévistes. Les gardiens décidés à poursuivre le mouvement, sont donc en train de changer de syndicat.

A Jamioulx on l’affirme, "quasi tous les affiliés SLFP ont quitté leur syndicat pour s’inscrire à la CGSP ou à la CSC, y compris les responsables syndicaux. Ils ne comprennent pas la décision de leur direction et veulent continuer la grève. On en a vu certains brûler leur veste bleue."

Même son de cloche du côté de Lantin, Mons, Leuze ou encore Tournai où l’on explique: "depuis la signature, on reçoit beaucoup de coups de téléphone de Bleus qui se renseignent pour aller dans d’autres syndicat. Cela peut se faire tout de suite. En fait, il suffit de signer le document d’affiliation au nouveau syndicat et puis après de se désaffilier de l’ancien. La personne reste ainsi couverte si elle poursuit la grève."

Réunion au SLFP sous haute surveillance "pour raisons de sécurité"

Le syndicat SLFP avait invité des gardiens de prison pour leur expliquer pourquoi ils ont signé le protocole d’accord avec le ministre Geens. La réunion a dans un premier temps été annulée pour raison de sécurité. Le président du syndicat justifie cette décision par les menaces que le SLFP reçoit depuis la signature de l'accord. Des rumeurs d'une action d'autres syndicats devant le SLFP circulaient également. Malgré l'annulation, une poignée d'affiliés SLFP s'est présentée devant le syndicat. Seuls quelques-uns ont pu entrer. Dix affiliés arrivés un peu plus tard ont du rester dehors, face à une dizaine de policiers. Cet accueil est plutôt mal passé: "C'est le syndicat qui est sensé nous protéger et il nous envoie des policiers pour se protéger de nous", déplore l'un d'eux.

A Bruxelles, les syndicats flamands concernés aussi

A la prison de Forest, la situation est particulière. Des affiliés au SLFP ont aussi quitté leur syndicat et ils pourraient ne pas être les seuls. Des affiliés aux ailes flamandes de la CGSP et de la CSC  envisagent aussi de quitter leur mouvement pour passer du côté des francophones.

"L’affiliation à un syndicat peut se faire en fonction du lieu de résidence ou du lieu de travail. A Forest, des gardiens néerlandophones affiliés à l’ACOD et à l’ACV me posent aussi des questions pour s’affilier à la CSC ou à la CGSP, explique un délégué. Ils veulent aussi poursuivre la grève et ne sont pas d’accord avec le protocole signé par leurs instances".

Il est pour l’instant difficile d’évaluer l’ampleur des transfuges et des pertes que subira le SLFP. Mais le malaise est palpable, très étendu aussi. Le syndicat libéral ne sortira pas indemne de cette crise, même son président François Fernandez l'admet: "Nous savons que nous allons perdre beaucoup d'affiliés".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK