Accord médico-mutualiste: pas d'augmentation de tarif pour les patients

C’est de saison, les médecins et les mutualités ont abouti cette nuit à un accord, l’accord médico-mutualiste comme on l’appelle, qui porte notamment sur les honoraires médicaux. Médecins et mutuelles devaient se répartir une enveloppe de quelques 180 millions d’euros à ventiler entre indexation des honoraires et développement de nouvelles initiatives.

Pas d’augmentation pour les patients

C’est important de le préciser, les patients ne paieront pas un euro de plus pour leur consultation. L’accord prévoit bien une indexation des honoraires de tous les médecins généralistes de 1,95% et de certains spécialistes à 1,25% (en pédiatrie, imagerie médicale, biologie clinique, gynécologie…) mais celle-ci est entièrement financée par l’INAMI.

Autre changement : le dossier médical global (qui centralise vos informations médicales et donne droit à certaines réductions) sera automatiquement reconduit d’année en année alors qu’avant, il fallait aller chez son médecin au moins une fois par an pour faire prolonger son dossier médical global.

Des honoraires spécifiques à certaines situations voient également le jour. C’est le cas pour le médecin traitant qui pratique une euthanasie. L’accord prévoit aussi une enveloppe pour la "planification des soins" pour les patients en service palliatif. Concrètement, 75 euros sont prévus pour permettre au patient en soins palliatifs de dialoguer avec l’équipe médicale des soins et traitements qu’il souhaite ou non recevoir pour ces derniers moments de vie. Des honoraires sont également mis en place pour développer des projets pilotes en télémédecine, plus spécifiquement en dermatologie, ophtalmologie et dans certains cas en oncologiques.

Les hôpitaux devront fournir une évaluation des coûts de certaines interventions

Médecins et mutuelles ne se sont pas accordés sur les suppléments d’honoraire mais des mesures pour une meilleure information du patient sont tout de même prévues. Ainsi, les hôpitaux vont devoir évaluer le coût des interventions les plus courantes (en chambre simple ou en chambre multiple) et les mettre à disposition des patients. De quoi leur permettre de faire certains choix en connaissance de cause. La liste des interventions à évaluer sera finalisée en juin 2020 et la mise à disposition des patients de ces estimations sera effective à partir du 1er janvier 2021.

Les postes médicaux de garde renforcés

C’était une demande de certains cercles de médecins touchés par la pénurie, un budget est dégagé pour les postes médicaux de garde. Ces postes de garde regroupent les médecins pour assurer le garde du week-end en un lieu unique et la plupart du temps via un numéro de téléphone unique, le 1733. Ce montant, prévu pour financer les honoraires des médecins de garde, permettra d’étendre à toute la Belgique ces postes de garde (il y en a moins sen Flandre qu’en Wallonie). Plusieurs millions seront aussi consacrés à développer des projets similaires en semaine, puisque pour l’instant, seules les gardes de week-end sont financées par le fédéral.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK