Accord interprofessionnel: la CSC et la CGSLB disent oui, mais la FGTB rejette l'accord

La FGTB vient de dire non au projet d’accord interprofessionnel (AIP), négocié par les représentants des employeurs et des travailleurs, et qui définit notamment les balises salariales dans le secteur privé pour les 2 prochaines années. 

Pour la Fédération des entreprises, pour l’Union des classes moyennes ou pour son pendant flamand l’Unizo, c’était d'accord. Ces fédérations patronales estiment que le projet d’AIP n’est pas parfait, mais elles y voient quand même un bon équilibre entre les attentes des travailleurs et les réalités des patrons.

Côté syndical, fin du suspense aujourd'hui

FGTB, CSC et CGSLB se réunissaient ce mardi matin, séparément bien sûr, mais avec la volonté de communiquer leur verdict plus ou moins en même temps, à la mi-journée. A l'intérieur des syndicats, quelques instances régionales et quelques centrales professionnelles s'étaient déjà prononcées, en sens divers.

Le comité national de la CGSLB a approuvé le projet d'accord interprofessionnel avec 75,5% des voix, a annoncé le syndicat libéral. La CSC vient de communiquer avoir voté le oui à 65% de ses instances. Mais le non de la FGTB, à 56% des voix, enterre momentanément l'accord.

Le dossier devrait revenir sur la table du gouvernement fédéral en affaires courantes et à 2 mois des élections. "Une concertation et une proposition de médiation sera proposée au Groupe des 10. A cet effet, un Kern tripartite sera tenu, ce mercredi 27 mars, à 10 heures au Lambermont", indiquent ce mardi les cabinets du Premier ministre et du ministre de l'Emploi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK