Accord interprofessionnel 2021-2022 à la Chambre : "Cet accord forme un tout", rappelle le ministre Dermagne (PS)

"Cet accord forme un tout et tous les éléments qui le composent doivent être exécutés de bonne foi", a déclaré Pierre-Yves Dermagne (PS) jeudi à la Chambre.

Le ministre de l'Emploi était interrogé avec le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) sur la proposition de médiation formulée par le gouvernement fédéral à l'attention des partenaires sociaux. Ils sont revenus sur les différents points qui composent ce texte validé par la majorité fédérale dans la nuit de mercredi à jeudi.


A lire aussi : Accord interprofessionnel 2021-2022: les négociations étaient toujours en cours à 23h30


Outre la norme salariale maintenue à 0,4% (sans compter les primes corona déjà versées), la Vivaldi propose une prime de maximum 500 euros nets à l'attention des travailleurs dans les entreprises ayant fait des bénéfices. Celle-ci peut être négociée au niveau sectoriel et/ou au niveau de l'entreprise, comme le prévoit la législation sur les chèques consommation.

L'exécutif n'a pas défini la notion d'entreprise ayant performé. "Le fait que nous ne prévoyons pas de condition permet de faire jouer la solidarité", a justifié Alexander De Croo, prenant comme exemple une entreprise ayant réalisé peu ou pas de bénéfice mais souhaitant néanmoins récompenser son personnel. "La concertation ne peut pas fonctionner si on fonctionne dans une logique de vainqueur et de vaincu", a-t-il conclu.

Pierre-Yves Dermagne a de son côté insisté sur la proposition d'augmentation du salaire minimum, chère à l'aile socialiste de la majorité. "Hors indexation, il n'a plus augmenté depuis 2008. A l'époque, il représentait 53% du salaire médian. Aujourd'hui, il ne représente plus que 46% de ce salaire. C'est inacceptable pour nous. Cette augmentation, cette trajectoire qui devra s'enclencher sur plusieurs AIP est un élément essentiel dans la lutte contre la pauvreté et pour la justice sociale."

Le fait que nous ne prévoyons pas de condition permet de faire jouer la solidarité

Open bar à la FEB?

Cette réponse n'a pas convaincu l'opposition PTB. "Vous avez laissé la liberté de négocier sur la prime. Mais vous avez décidé de retirer la la liberté de négocier au-delà des 0,4%", a observé Raoul Hedebouw. "Comment avez-vous osé prendre ce type de décision ? Les libéraux, eux, font la fête. Et à la FEB, ils sont contents. Open bar ! C'est ça le bilan du 1er mai?"

C'est ça, le bilan du 1er mai?

"Les combats se gagnent un par un", a répondu Ahmed Laaouej (PS). "Quand on se rappelle que certains, côté patronal, réclamaient un saut d'index, avec votre pugnacité, vous avez fait que le gouvernement repousse ces demandes farfelues", a-t-il ajouté, saluant le travail de Pierre-Yves Dermagne.

Pour Florence Reuter (MR), "quoi qu'en disent les détracteurs, ce sont des bonnes décisions qui préservent l'emploi."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK