Accord de gouvernement Vivaldi : sortie du nucléaire en 2025, si tout va bien, et 55% de réduction de gaz à effet de serre d'ici 2030

"Le changement climatique n’est pas seulement un des plus importants défis de notre temps. Il offre aussi l’opportunité d’adapter la politique fédérale face à un nouveau contexte et de construire de nouvelles alliances entre publics, privé, citoyens et société civile." Ainsi l’équipe Vivaldi "s’impose" comme objectif une réduction des gaz à effet de serre de 55% d’ici 2030 "et prend dans sa sphère de compétences les mesures en ce sens."

Pour y arriver, il faut "améliorer" la coordination entre fédéral et entités fédérées. Des objectifs intermédiaires seront mis en place, chaque année, pour réaliser un monitoring des efforts.

Une conférence nationale sera organisée à propos des défis d’une transition "climatique inclusive en termes d’emploi, de politiques sociales, de reconversion et d’économie."

Fin du nucléaire "résolument" reconfirmée, mais…

"Sécurité d’approvisionnement, durabilité et coût abordable" sont les éléments cruciaux pour "la conduite d’une politique climatique ambitieuse [et qui] va de pair avec la transition vers un système énergétique durable". La Vivaldi "soutient la poursuite de l’élaboration du mécanisme de compensation des capacités (CRM)" et indique une série de mesures pour assurer la sécurité d’approvisionnement : prolongement de la réserve stratégique, gestion de la demande, stockage, etc. C’est pour toutes ces raisons que le gouvernement "reconfirme résolument la sortie du nucléaire. Le calendrier légal de sortie nucléaire sera respecté, comme prévu."

Sauf qu’un monitoring est prévu, concernant les différents projets pour assurer la sécurité d’approvisionnement. En novembre 2021, "si ce monitoring montre qu’il y a un problème inattendu de sécurité d’approvisionnement, le gouvernement prendra des mesures adéquates comme l’ajustement du calendrier légal pour une capacité pouvant aller jusqu’à 2 GW. Dans ce cas, le gouvernement prévoira des exigences strictes en matière de sécurité, de sécurisation, de disponibilité de la capacité de production durant les mois d’hiver, de flexibilité en hiver et en été, et en matière de rente nucléaire." 2 GW, ça correspond justement à la capacité de production des deux réacteurs belges les plus récents/moins vieux : Tihange 3 et Doel 4, qui ont tous les deux été mis en service en 1985.

Concernant le prix, le gouvernement s’engage à soumettre les prix "à un contrôle continu. En outre, une norme énergétique sera introduite pour les citoyens comme pour les entreprises." Bref, le fédéral compensera en cas d’envolée des prix…

On notera également que le gouvernement souhaite que d’ici 2030, l’Etat fédéral et les institutions qui en dépendent "devront s’être entièrement retirés des entreprises à forte émission de gaz à effet de serre et qui ne sont pas engagés dans la transition énergétique."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK