Accident de Sierre: les enquêteurs suisses voudraient entendre les rescapés

Le 13 mars, il y avait 52 personnes à bord du car qui revenait de classes de neige en Suisse. 24 enfants ont échappé à la mort, 13 sont encore à l'hôpital, 11 sont rentrés à la maison.

La délégation suisse composée de magistrats et enquêteurs souhaiterait rencontrer ces enfants.
Leur témoignage pourrait peut-être les éclairer sur les minutes et même les secondes qui ont précédé le choc car les enfants ne dormaient sans doute pas tous. Le bus n'était pas parti depuis longtemps.

Certains se rappellent seulement le bruit de l'impact. D'autres auraient vu les écrans s'allumer un peu avant. Signe d'une manipulation d'un DVD ? C'est toute la question et peut-être une piste à envisager ou à fermer.

C'est pourquoi les enquêteurs sont là. Ils iront certainement chez le constructeur du car et à la société chargée du voyage. Ce que les Suisses souhaiteraient surtout, donc, c'est interroger les victimes. Mais ils ont toujours déclaré qu'ils le feraient s'ils obtenaient l'autorisation, du corps médical, des psychologues et des parents, des parents qui, selon deux journaux flamands ce matin, ne seraient pas favorables à une audition, pour l'instant du moins.

L'audition si elle a lieu sera en tout cas très encadrée. Elle se fera  par enregistrement vidéo. Et ce sont les policiers belges qui s'en chargeront, pour une raison de compréhension de la langue.

Michel Lagase
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK