L. Onkelinx: deux options pour rapatrier les victimes de l'accident

La ministre de la Santé explique que sur les 28 personnes décédées dans l’accident, trois doivent encore être identifiées, un travail très difficile, précise-t-elle : "Vu la violence du choc, il reste des problèmes d'identification". Par ailleurs, l’autopsie du conducteur du car, indispensable pour les besoins de l’enquête, est encore en cours. Pour ces victimes, un rapatriement rapide n’est pas possible. Pour les autres personnes décédées, le rapatriement est possible "au plus vite, probablement par avion militaire", explique Laurette Onkelinx.

Il y a encore quatre enfants blessés graves, dont trois dans un état critique, dans des hôpitaux suisses, précise aussi la ministre. Certains blessés pourraient être ramenés en Belgique soit dès ce jeudi par un avion de la Défense, soit dès que possible par un vol sanitaire organisé par les assureurs.

Le gouvernement doit trancher ce jeudi sur ces options de rapatriement, et aussi sur les modalités de la journée de deuil national.

A.L. avec G. Lauwerijs

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK