Abattage sans étourdissement : le Consistoire central israélite de Belgique demande l'octroi d'un quota

Le président du Consistoire central israélite de Belgique, Philippe Markiewicz.
Le président du Consistoire central israélite de Belgique, Philippe Markiewicz. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

L'octroi d'un quota permettrait à la communauté juive de continuer à pouvoir se procurer de la viande belge obtenue selon leurs prescrits religieux, a plaidé mardi le président du Consistoire central israélite de Belgique, Philippe Markiewicz, dans un communiqué.

En vue de l'audience consacrée à l'abattage sans étourdissement qui se tiendra devant la Cour constitutionnelle belge le 17 mars, les Juifs de Belgique demandent que l'abattage d'animaux sans étourdissement puisse se poursuivre pour leur consommation propre, celle-ci représentant un pourcentage minime de la consommation totale du pays, explique l'organe représentatif du judaïsme belge.

Un arrêt de la Cour de Justice de l'Union européenne

"Si un quota était autorisé, il permettrait aux Juifs, ainsi qu'aux Musulmans concernés par les dispositions légales attaquées, de continuer à pouvoir se procurer de la viande belge obtenue selon leurs prescrits religieux", poursuit le Consistoire. La Cour de Justice de l'Union européenne (CJUE) avait conforté le 17 décembre 2020 les décrets flamand et wallon qui interdisent depuis 2017 l'abattage d'animaux sans étourdissement préalable. L'arrêt de la CJUE répondait à une question préjudicielle de la Cour constitutionnelle belge, qui doit donc encore se prononcer sur le fond.

Selon M. Markiewicz, l'interdiction de l'abattage rituel est une mesure disproportionnée. "Si un jour, les autorités belges, toutes régions confondues, imposaient l'interdiction de manger de la viande à tous les citoyens du pays, les Juifs devraient évidemment respecter cette disposition. Cependant, dans le cas qui nous occupe, les dispositions des Parlements wallon et flamand n'empêchent que les Juifs de manger de la viande belge. Par contre, elles les autorisent à consommer de la viande importée en Belgique. N'est-ce pas de l'hypocrisie ?" pointe-t-il. Et de conclure: "Je défends avec fermeté la cause des Juifs pratiquants parce que j'estime qu'ainsi, je défends le respect de l'autre et donc nos valeurs démocratiques à tous".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK