A Votre Avis, Mondial en Russie: "Il y a des dérives graves dans ces pays", dit Amnesty

A Votre Avis: quelles sont les chances des Diables et les zones sombres de l'Épopée russe?
A Votre Avis: quelles sont les chances des Diables et les zones sombres de l'Épopée russe? - © Maxime Dumoulin

A la veille de l'événements le plus médiatisé au monde, A Votre Avis a fait le focus sur les chances de nos Diables rouges lors de la Coupe du monde de football. Une édition spéciale co-présentée par Sacha Daout et Benjamin Deceuninck. Mais l'Épopée russe, ce n'est pas que du sport, de nombreuses questions plus sombres se posent également.

Notre émission de ce mercredi soir n'a pas parlé que de sport. Car si nous évoquions les bons côté du football, nous avons parcouru aussi les aspects plus négatifs. Nous nous sommes, par exemple, penchés sur l'organisation en elle même qui a lieu en Russie, pays controversé sur de nombreux plans. Nous avons parlé aussi de la face économique du football (bénéfices, salaires de footballeurs, etc.). Un dernier point sensible était celui... Du dopage.

Le premier sujet abordé a d'abord été la situation de Vincent Kompany et de sa potentielle blessure. Pierre Kompany, le père de Vincent se dit tout à fait serein pour son fils. Bien qu'il comprenne la déception des supporters, il assure qu'il n'y a pas de quoi s'inquiéter. De son côté, Thierry Hazard, père d'Eden et Thorgan pense plutôt que pour les inquiétudes, il fallait interroger la maman... 

Nos invités de cet A Votre Avis spécial Épopée russe se sont risqué à l'un ou l'autre pronostic. Voyez plutôt. 

Au chapitre des sujets graves, Valérie Michaux, directrice de campagne Amnesty International dénonce la Russie pour ses problèmes d'atteinte à la liberté d'expression. Elle rappelle par ailleurs l'action d'Amnesty lundi dernier devant l'ambassade russe à Bruxelles. 100 ballons avaient été envoyés sur le bâtiments par des activistes déguisés en joueurs de foot. Ils portaient les noms de 11 défenseurs des droits humains en danger, chacun originaires de l’une des onze villes d’accueil de la Coupe du monde. Si le but de la Russie ou d'un pays comme le Quatar est de faire bonne figure l'espace d'un mois au cours d'un événement comme la coupe du monde, celui d'Amnesty est quant à lui de jouer son rôle de chien de garde, dit-elle. 

Tout en confessant qu'il y a trop d'argent dans le monde du football, Le père d'Eden et Thorgan Hazard s'interroge : "Est-ce le joueur qui le veut, ou bien le football?". Dans un documentaire diffusé juste avant l'émission, c'est un Eden Hazard modeste que l'on découvre. "J'ai juste transmis mon éducation", assure son papa. "Mon père était indépendant, il travaillait, il savait la valeur de l'argent". Et d'ajouter que la jalousie est très présente autour de sa famille. "Combien de fois j'entends pas autour de nous que le père Hazard ne doit plus travailler car ses enfants sont là...".

"Un joueur de foot doit toujours penser à sa reconversion". C'est ce qu'affirme l'ancien Diable rouge, Mbo Mpenza. "Certain joueurs en Angleterre se retrouvent banqueroute 5 ans après leur fin de carrière". C'est pourquoi il est important pour lui de penser à sa reconversion, même pendant sa carrière, d'après lui. "Ils y pensent beaucoup plus aujourd'hui car il sont plus entourés, c'est aussi un constat". 

Sophie Jekeler, directrice de la fondation Samilia affirme que la Belgique est une plaque tournante pour toutes sortes de trafics, notamment celui de joueurs de football africains. Elle évoque le cas Ivoirien en particulier. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK