A une semaine de la remise de son rapport au Roi, Paul Magnette tiendra une conférence de presse lundi à 15h

Paul Magnette avait expliqué la semaine dernière qu'il espérait dégager des convergences sur quatre ou cinq points et non un nombre trop vaste de sujets.
Paul Magnette avait expliqué la semaine dernière qu'il espérait dégager des convergences sur quatre ou cinq points et non un nombre trop vaste de sujets. - © Tous droits réservés

La la mi-parcours de sa mission, d'informateur royal Paul  Magnette tiendra une conférence de presse lundi à 15h à la Chambre, suivie d'une courte séance de questions-réponses, a annoncé dimanche son porte-parole. La conférence aura lieu dans la salle Jacques Brel (anciennement salle Internationale). Son rapport sera remis au roi une semaine plus tard, le lundi 18 novembre. 

Paul Magnette, désigné mardi dernier informateur par le Roi, a consulté ces derniers jours dix partis dans le cadre de sa mission. Outre les huit formations jusqu'ici impliquées dans le processus - le PS, la N-VA, le MR, le CD&V, l'Open Vld, Ecolo, Groen et le sp.a-, il a aussi rencontré le cdH et DéFI.

A partir des priorités des différents partis, Paul Magnette avait expliqué la semaine dernière qu'il espérait dégager des convergences sur quatre ou cinq points et non un nombre trop vaste de sujets.

Fidèle à sa méthode, l'informateur ne s'était pas prononcé sur une préférence de coalition même s'il avait précédemment, en tant que dirigeant socialiste, souligné à quel point son parti et la N-VA étaient éloignés.

Une coalition "bourguignonne" - associant libéraux, socialistes et la N-VA - paraît en tout cas plus complexe que jamais à atteindre. Tant le PS, que la N-VA, ne semblent plus croire à cette piste. Sur le "plan socio-économique, il y a un grand canyon" entre les deux partis, a insisté samedi l'ex préformateur, Geert Bourgeois (N-VA) dans la presse.

Un gouvernement arc-en-ciel comme "l'alternative au chaos"

Pour le PS, l'autre ancien préformateur, Rudy Demotte, a estimé que la mise sur pied d'un gouvernement arc-en-ciel constituerait "l'alternative au chaos" alors que la N-VA a déposé sur la table des propositions institutionnelles inacceptables pour les socialistes.

Arithmétiquement, une coalition "arc-en-ciel" rassemblant les socialistes, les écologistes et les libéraux, auxquels se joindrait éventuellement le CD&V, dispose d'une majorité à la Chambre mais pas dans le groupe linguistique néerlandophone. Or, tant pour le CD&V que l'Open Vld, cet obstacle semble difficilement surmontable pour le moment. Qui plus est, ces deux partis se sont alliés à la N-VA pour constituer le gouvernement flamand.

Dimanche, le ministre flamand Bart Somers (Open Vld) a rappelé la position de son parti consistant à dire qu'une bourguignonne serait certes difficile à mettre en place, tout en précisant qu'un arc-en-ciel le serait plus encore. Il n'a toutefois pas exprimé de veto sur un gouvernement fédéral minoritaire en Flandre, se bornant à le qualifier de "non souhaitable".

M. Somers a par ailleurs rappelé que le gouvernement fédéral sortant était minoritaire du côté francophone. "On fait un gouvernement flamand avec des partis flamands et un gouvernement fédéral avec les partis qui sont au fédéral", a-t-il conclu.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK