A quelques jours de la rentrée, 464 enfants, bruxellois pour la plupart, sont toujours "sans école"

Des centaines d'enfants ignorent encore dans quelle école ils feront leur rentrée...
Des centaines d'enfants ignorent encore dans quelle école ils feront leur rentrée... - © MARTIN BUREAU - AFP

A quelques jours de la rentrée scolaire, 464 enfants ne savent toujours pas où ils vont entamer leurs études secondaires en Fédération Wallonie-Bruxelles, selon un nouveau décompte livré mardi par la Commission inter-réseaux des inscriptions (CIRI).

Ce chiffre de 464 enfants "sans école" à une semaine de la rentrée constitue un nombre record par rapport aux années précédentes. L'an dernier, à la même époque, l'administration n'en avait en effet dénombré "que" 292.

Plus de 300 élèves, rien que pour Bruxelles

Comme de coutume, c'est à Bruxelles que la situation est la plus tendue. Trois cent vingt-six jeunes y sont en effet toujours sur liste d'attente, contre 240 l'an dernier. L'administration rappelle toutefois que 1401 places libres y sont toujours disponibles dans pas moins de 68 écoles.

En Brabant wallon, les enfants en attente d'une solution sont au nombre de 50, pour 88 dans le reste de la Wallonie, où il subsiste aussi plusieurs places libres dans différents établissements.

La nécessité de créer de nouvelles écoles

"Au vu de la situation, qui reste tendue, la CIRI redit à l'unanimité, comme les années antérieures, la nécessité de créer de nouvelles places et de nouvelles écoles, notamment à Bruxelles", selon un communiqué.

Celle-ci invite les parents d'enfants concernés à prendre contact avec les services d'aide à l'inscription afin de trouver une solution dans les meilleurs délais pour leur enfant. "Attendre un potentiel désistement n'est sans doute par la meilleure approche de la situation", insiste la CIRI.

Cette enveloppe de 20 millions ne suffira pas

Pour l'Ufapec, l'association des parents de l'enseignement catholique, cette situation est prévisible en raison de la poussée démographique dans les grandes villes, en particulier à Bruxelles.

Pour Benoit Hubien, le secrétaire général, l'enveloppe budgétaire prévue pour corriger la situation ne suffira pas : "La situation est un peu catastrophique dans différentes zones de la Fédération Wallonie/Bruxelles. A Bruxelles on se retrouve dans une situation absolument inacceptable. Plus de 300 enfants ne savent pas où, lundi, ils iront en classe et, en termes de places disponibles, même si le gouvernement a pris des engagements en ouvrant une enveloppe structurelle de 20 millions d’euros pour la création de classe, on sait, et ils le savaient comme nous, que ce ne sera pas suffisant pour permettre d’accueillir tous les enfants. Parce que la croissance démographique à Bruxelles est là, les chiffres sont là. Il y a un besoin de milliers de places à l’horizon 2024-25, et nous pensons que cette enveloppe de 20 millions ne suffira pas

Plus d'information sur le site de la Fédération Wallonie/Bruxelles ou à son numéro vert: 0800/18855.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK