Les autorités auraient-elles pu mieux anticiper les inondations de juillet ? Ce que disaient les prévisions de l'EFAS

© Tous droits réservés

Temps de lecture...

Ce vendredi 17 septembre, David Dehenauw, responsable des prévisions à l'IRM et Philippe Dierickx, directeur de la Gestion hydrologique (DGH) au sein du Service publique de Wallonie, ont été auditionnés par la commission d'enquête sur les inondations qui ont touché la Wallonie du 14 au 16 juillet.

Parmi les questions des députés, plusieurs portent sur ces fameuses notifications EFAS : le Système européen de sensibilisation aux inondations, qui fournit des modèles prévisionnels pour aider à la gestion d'inondations et de crue. Ces notifications renvoyaient vers un système de cartes en ligne, avec toute une série d'indicateurs permettant d'avoir accès aux prévisions.

Philippe Dierickx l'a confirmé en commission d'inondation : la DGH ne s'est pas connectée à ce système, n'a pas été consulté ces données, par manque de formation de ses ingénieurs pour exploiter ces informations, et car la DGH doit encore tester ce système avant de l'intégrer à ses routines. "L'EFAS est un outil qui n’est pas encore exploité de manière opérationnelle dans notre circuit, notamment parce qu’on n’a pas pu le valider. On n’a pas nécessairement des retours d’expérience toujours positifs. Il est extrêmement compliqué à interpréter."


►►► À lire aussi : Les prévisions de l’EFAS n’ont pas été consultées avant les inondations en Wallonie : "L’ingénieur de garde n’a pas été se connecter"


La RTBF s'est cependant plongée dans ces données, disponibles en libre accès depuis un mois, et résume ici, sous forme de ligne du temps, les prévisions disponibles les jours précédant, et durant ces inondations dramatiques. Au delà des notifications, ce sont ici les données mises à jour toutes les 6 heures qui sont décrites.

Les gestion des inondations étant remises en question tout particulièrement pour le bassin de la Vesdre, et les villes de Verviers et Pepinster, la présentation des données EFAS se focalise sur cette zone géographique. Il n'est donc pas question ici d'interpréter ces données, c'est le métier des prévisionnistes, mais de présenter l'évolution prévisionnelle de ces inondations, fournie par le système européen.

Cet article est optimisé pour une lecture sur un grand écran


Si l'article ne s'affiche pas correctement dans votre navigateur, cliquez ici pour le lire en plein écran.