L'Arrêté ministériel qui régit la réouverture de l'Horeca est prêt : 1,5 mètres entre les tables, pas moins, même avec des parois en plexi

L’Arrêté ministériel qui confirme le lancement du Plan "plein air" et définit, notamment, les dispositions relatives à la réouverture des terrasses est enfin prêt, communique la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden. Si cet Arrêté n’est publié qu’à quelques heures de la date d’entrée en vigueur des mesures du Plan "plein air", c’est parce qu’en raison du temps disponible entre les derniers Comités de concertation (14, 23 et 28 avril 2011) et le 8 mai, la ministre de l’Intérieur a soumis le texte à l’avis de la section de législation du Conseil d’Etat. L’avis de ce dernier s’est fait attendre.

Cette publication tardive de l’Arrêté ministériel a jeté un trouble, jusqu’à la dernière minute, dans l’esprit des exploitants d’établissements du secteur Horeca qui se préparent à ouvrir leurs terrasses dès ce samedi 8 mai. En effet, jusqu’à présent, il subsistait un doute : installer des parois de type plexiglas entre les tables d’une terrasse était-il permis ? Ce vendredi matin, la réponse était encore loin d’être catégorique.

En début de matinée, la question avait été posée au ministre de la Justice, invité de l’émission radio De Ochtend, à la VRT. Vincent Van Quickenborne (Open VLD) avait indiqué que les gérants d’établissements Horeca ne pourraient pas installer des plexiglas entre les tables installées sur leurs terrasses afin de les rapprocher l’une de l’autre pour y accueillir plus de clients.

Pourtant, jusqu’en fin de matinée, le protocole adressé aux professionnels et qui était d’ailleurs toujours publié ce vendredi matin sur le site du SPF Economie stipulait que, sous certaines conditions, le recours à des parois entre les tables était possible. "Les tables sont disposées de manière à garantir une distance de 1,5 m entre les tablées. Le nombre de tables de l’établissement doit être adapté en conséquence. Il est possible de déroger à cette règle en installant une barrière physique suffisamment élevée (p. ex. une paroi en plexiglas de minimum 1,80 m de haut)", pouvait-on encore lire dans le document.

3 images
Le protocole sanitaire à destination des exploitants de terrasses a été modifié ce vendredi à la mi-journée. Ce matin, il prévoyait la possibilité d'installer des parois pour déroger à la règle des 1,5 mètres. Cet après-midi, le texte ne prévoit plus qu © Tous droits réservés

 

Le ministre de la Justice, Vincen Van Quickenborne avait expliqué, ce vendredi matin, que ce protocole publié sur le site du SPF était une mauvaise version et que, selon lui, la décision prise lors du dernier Comité de concertation au sujet de la réouverture des terrasses ne prévoyait pas autre chose que des tables espacées d’1,5 mètres. Pour Vincent Van Quickenborne, "Les plexiglas ne peuvent être utilisés. Certainement pas à ce moment. Le risque de contamination est trop grand sur les terrasses fermées". N’empêche, comme aucun arrêté ministériel stipulant cette précision n’avait encore été communiqué, le doute était permis. Le ministre avait expliqué qu’un nouvel arrêté ministériel devait être publié, mais qu’on attendait encore l’avis du Conseil d’Etat. Toutes les décisions relatives au Coronavirus doivent, en effet, désormais être soumises au Conseil d’Etat, dans un souci de respect de la démocratie.

Ce vendredi après-midi, la version litigieuse du protocole sanitaire destiné à l'Horeca a été retirée du site internet du SPF Economie.  Dans la nouvelle version,  le paragraphe relatif à l'espacement des tables en terrasse a été modifié. Il n'est plus question d'installer des parois de type plexiglas pour déroger à la règle de distanciation. 

Du côté du secteur Horeca en Wallonie, c’est aussi l’incompréhension

Contacté par la RTBF, le Président d’Horeca Wallonie s’est aussi étonné de cette incertitude de dernière minute. "Je peux comprendre qu’il y ait une discussion sur le prochain protocole, plexi ou pas, mais ici, la veille de l’ouverture, rouvrir le dossier en disant qu’on n’avait pas vu, non", a réagi Thierry Neyens, président d’Horeca Wallonie.

Pour lui, "C’est vraiment faire passer le secteur pour des moins que rien. On a besoin plutôt d’être aidés que freinés", a ajouté Thierry Neyens.

"J’étais à Luxembourg la semaine passée. J’y étais encore hier. J’ai mangé en terrasse hier, il y avait des plexis. Vous pouvez aller sur la place d’Armes, il y a des plexis et la distance est beaucoup plus réduite. Cela se fait dans d’autres pays, ça se fait au Grand-Duché, il faut arrêter de brider un secteur", a plaidé Thierry Neyens.

Le Président d’Horeca Wallonie explique que son secteur a remis aux autorités le protocole sanitaire négocié avec les partenaires sociaux et dans lequel le point sur les parois de séparation entre les tables des terrasses figurait. Il ne comprend pas pourquoi personne au niveau des autorités n’a relevé ce point plus tôt. Pour Thierry Neyens, il aurait fallu le faire "il y a quelques jours mais pas la veille".

Thierry Neyens s’interroge aussi lorsqu’il compare les décisions belges avec ce qui se fait dans les pays voisins. "On voit que sur les pays voisins limitrophes, les restaurants ouvrent à l’intérieur dans une semaine, du côté français les restaurants ouvrent dans les hôtels le 19 mai", réagit Thierry Neyens qui craint que les établissements belges des zones limitrophes ne souffrent de la concurrence avec "un flux de clients qui vont aller dans les pays limitrophes, au détriment de l’économie, de l’emploi et des recettes fiscales". "On est de nouveau sur une île !", déplore-t-il.

Le Président d’Horeca Wallonie espère que le Comité de concertation du 11 mai, même si ce n’est pas à l’ordre du jour, se prononcera sur des perspectives réelles d’ouverture généralisée. Il l’espère pour début juin. "On ne va pas attendre la fermeture des écoles pour les congés scolaires, si on se laisse mener par le bout du nez par une ou deux personnes", conclut Thierry Neyens.

A Bruxelles, on dénonce "l’amateurisme du gouvernement fédéral"

A la veille de la réouverture des établissements Horeca, à Bruxelles, c’est l’échevin du Commerce, Fabian Maingain (DéFI) qui a dénoncé ce vendredi "l’amateurisme du gouvernement Fédéral" sur les règles de réouverture des terrasses. L’échevin a indiqué avoir reçu "seulement" jeudi le protocole de réouverture terrasse que ses services ont enfin pu communiquer aux exploitants. Celui-ci mentionnait bien la possibilité de recourir à des plexis si la distance de 1,5 m entre les tables ne peut être respectée en terrasse…

Aux yeux de l’échevin, cette information est cruciale pour de nombreux établissements Horeca qui sans ça ne peuvent ouvrir dans des conditions de rentabilité. "Et aujourd’hui ce cafouillage au sein du gouvernement jette une nouvelle fois le trouble à moins de 24 heures de l’ouverture, c’est inadmissible", a poursuivi l’échevin du commerce de la Ville de Bruxelles.

"Limiter les décibels à 80, c’est de la mesquinerie"

L’annonce faite par le ministre Van Quickenborne d’interdire les parois entre les tables des terrasses n’a toutefois pas surpris Mehdi Mrakha, patron de trois établissements à La Louvière, et président de l’Union des Commerçants (UCIL) : "Le plexiglas, c’était une façon de contourner les distances de sécurité. Le chef de zone nous a présenté les conditions mercredi : le nouveau protocole prévoit qu’il y ait une distance de 1m50 non plus entre les tables, mais entre les sièges ; et ce, quand les gens sont assis ! Cela nous enlève 25% de notre capacité !"

Mais ce n’est pas la seule contrainte que dénonce le cafetier : "On doit aussi limiter les décibels à 80, je ne vois pas ce que ça va changer pour le Covid ! Je trouve que c’est de la mesquinerie".

Une mesure qui touchera évidemment plus les cafés, qui n’ont reçu aucune aide spécifique, et qui n’ont pas pu, eux, faire de take away, souligne Mehdi Mrakha.

"En plus, la contribution à Unisono va me revenir plus cher qu’avant, d’autant qu’il y a un supplément de 14% si on paie par trimestre".

Ajoutez à cela un prix de la bière à la hausse, à cause de la hausse du prix des matières premières, et une météo incertaine, et vous comprendrez que les cafetiers ne font pas vraiment la fête malgré cette réouverture annoncée…

Coronavirus : vente record de plexiglas (JT 05/06/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK