Vers une nouvelle réforme de l'Etat ? Examen des premières lignes établies par le gouvernement

La sixième réforme de l'état laissera-t-elle bientôt la place à une septième? Le gouvernement fédéral y travaille
La sixième réforme de l'état laissera-t-elle bientôt la place à une septième? Le gouvernement fédéral y travaille - © BELGA

Les députés poursuivent l’examen du programme gouvernemental. Point particulièrement sensible, ce mercredi : la réforme de l’état.

Les deux ministres chargés de préparer cette réforme, Annelies Verlinden (CD&V) et David Clarinval (MR) sont venus présenter les grandes lignes de la manière dont la nouvelle majorité fédérale entend préparer la Belgique de demain. Autrement dit la prochaine réforme de l’Etat attendue à l’horizon 2024.

Six réformes de l’Etat et déjà bientôt la prochaine ?

L’équipe fédérale De Croo, dans son accord de gouvernement prévoit bien une nouvelle étape. Pour "plus d’autonomie aux entités fédérées Régions et Communautés, mais aussi plus de force au niveau fédéral et plus de collaboration entre les uns et les autres".

Comment ?

Soit transférer aux régions ou au contraire procéder à une refédéralisation de compétences ? Et bien c’est là qu’est le flou. On évoque simplement "plus de cohésion dans ces compétences et notamment la santé", cela reste vague.

A défaut d'unanimité, vers une "plateforme de dialogue"

Et pour cause, les sept partis de la nouvelle majorité ne sont pas unanimes sur le sujet. D’où la proposition d’une nouvelle méthode de travail. Oubliée la liste d’articles à réviser de la Constitution dévoilée sur fond de campagne électorale en fin de législature.

Voici le lancement prévu dès l’année prochaine d’une plateforme de dialogue, réunissant acteurs politiques, experts mais aussi citoyens qui vont échanger sur la Belgique de demain. L'atterrissage est prévu pour fin 2021 pour des recommandations et des textes légaux à rédiger d’ici 2024.

L'idée c'est aussi d'intégrer les citoyens pour plus de démocratie participative et d’adhésion au nouveau modèle. Voilà pour la théorie surveillée de près par les ministres Verlinden et Clarinval. 

Reste à présent comme souvent à passer au concret.

Sous l’œil attentif de la N-VA

Lors du débat, la N-VA a tenu à dénoncer avec force citations et revue de presse cette "Belgique qui ne fonctionne pas", "des impôts, des dépenses excessives, des dettes, un déficit abyssal, et au final un service médiocre", ou encore "deux démocraties de plus en plus éloignées l’une de l’autre". En somme, pas assez de réformes, et des blocages permanents. Les nationalistes craignent voir des compétences "réunitarisées" : or c’est "comme remettre du dentifrice dans le tube" et de plaider à nouveau pour le confédéralisme.


►►► Lire aussi : Que signifie le confédéralisme exigé par la N-VA?


 

L'invité de Matin Première : David Clarinval

David Clarinval est ministre des Indépendants et des Réformes institutionnelles. Il est donc chargé d'animer le débat sur une nouvelle réforme de l'Etat, via le lancement d'une plateforme de dialogue citoyen.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK