A cause du coronavirus, l'effet du salage routier diminue

Où l'on constate l'effet inattendu du Coronavirus sur l'action du sel routier
Où l'on constate l'effet inattendu du Coronavirus sur l'action du sel routier - © ERIC LALMAND - BELGA

Ce matin, les températures ont chuté et certaines routes étaient glissantes. C’est le moment où le Service Public de Wallonie active son plan hiver et mobilise les tonnes de sel qu'il va épandre sur les chaussées. Mais ici aussi, il va falloir tenir compte de la Covid-19. Le saviez-vous ? Le virus a – indirectement – une influence sur l’action du sel.

En effet, certaines mesures prises pour contenir l'épidémie diminuent l’efficacité du sel. François Franquinet du Service Public de Wallonie l’explique : c’est le passage des véhicules qui active le sel épandu sur les routes. Or, le couvre-feu imposé entre 22 heures et 6 heures change tout. Il réduit à presque rien le nombre de voitures qui circulent durant la nuit.

Épandre davantage ? Inutile !

Puisqu’il y a moins de véhicules autorisés à circuler, le sel fond plus doucement et les routes dégèlent plus lentement.
On pourrait imaginer compenser en augmentant la quantité épandue. Mais, semble-t-il, ça ne servirait à rien. La densité des salages varie principalement selon que l’épandage est préventif ou curatif.

150.000 tonnes s’il le faut

Il faudra donc se monter plus prudent, surtout le matin et consulter la RTBF ou le site du SPW et espérer que l’hiver soit plus clément.
Le service Mobilité et Infrastructures de la Région wallonne a toutefois prévu le pire. 150.000 tonnes de saumure sont disponibles même si ces dernières années, les hivers moins rigoureux ont limité l’épandage entre 50 et 70.000 tonnes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK