A Bruxelles, l'ancien immeuble de la Royale Belge et son parc sont désormais protégés

A Bruxelles, l'ancien immeuble de la Royale Belge et son parc sont désormais protégés
A Bruxelles, l'ancien immeuble de la Royale Belge et son parc sont désormais protégés - © www.gov.brussels

Le gouvernement bruxellois a approuvé à titre définitif, jeudi, l'inscription sur la liste de sauvegarde du patrimoine, de l'immeuble qui fut occupé par la Royale belge, a annoncé le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS).

But de l'opération lancée en mai 2017: protéger l'immeuble cruciforme considéré comme un exemple de réussite de l'architecture moderne, ainsi que la parc qui l'entoure, conformément au souhait partagé des autorités régionales et de la commune de Watermael-Boitsfort où l'ensemble est situé.

L'inscription sur la liste de sauvegarde avait été contestée par Cofinimmo 

Ce dernier fut un temps convoité par l'ambassade américaine qui, à l'étroit le long de la Petite Ceinture, souhaitait s'y redéployer dans une nouvelle construction permettant de rencontrer les normes de sécurité américaines.

La procédure d'inscription sur la liste de sauvegarde avait par conséquent été contestée devant le Conseil d'Etat par la société immobilière Cofinimmo, propriétaire du complexe.

Les autorités américaines avaient renoncé définitivement à leur projet à la fin de l'été dernier.

Selon Rudi Vervoort, l'ancien siège de la Royale Belge et son parc, réalisés entre 1967 et 1970, constituent un exemple de réussite de l'architecture moderne en Belgique. Pour les concevoir, le duo d'architectes franco-belge Pierre Dufau et René Stapels, se sont sans doute inspirés du siège social de la société John Deere aux Etats-Unis, œuvre d'Eero Saarinen.

Le parc en lui-même est le fruit du travail des architectes paysagistes Jean Delogne et Claude Rebold. L'aménagement contemporain s'est fait dans le respect du site.

« Un intérêt historique, technique, scientifique et artistique  »

Toujours d'après le ministre-président bruxellois, l'immeuble Royale Belge et son site présentent un intérêt historique, technique, scientifique, artistique et esthétique majeur pour la Région. La renommée de ce prestigieux bâtiment fut consacrée par plusieurs publications et prix d'architecture.

Sa protection s'inscrit dans le cadre plus vaste d'une réflexion sur la mise en valeur du patrimoine du XXe siècle. Les immeubles de bureaux construits à cette époque ont achevé un premier cycle de vie, et il est important d'en conserver les plus remarquables.

Dans ce contexte vient d'être inscrit sur la liste de sauvegarde l'ancien siège des Cimenteries Belges Réunies (CBR), construit à proximité, dans un contexte historique et socio-économique similaire, a ajouté Rudi Vervoort, à l'issue de la réunion de jeudi.

Le classement sur la liste de sauvegarde a été préférée à un classement afin de "permettre une gestion plus souple du bien et favoriser sa réintégration dans le circuit économique", a conclu Rudi Vervoort.

Archives JT: L'immeuble de la CBR à Watermael-Boitsfort était auparavant menacé de destruction

Sujet du journal télévisé du 07 juin 2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK