A Anvers, Bart De Wever radie les combattants partis en Syrie

Bart de Wever l'avait dit à qui voulait l'entendre la semaine dernière. Pas question de laisser des jeunes rentrés de Syrie traîner dans sa ville. Il est passé des paroles aux actes.

Comme le rapporte la Gazet van Antwerpen, le bourgmestre anversois va s'attaquer à la situation des jeunes anversois partis en Syrie. Ils seraient au nombre de 22.

Les services de police ont effectué plusieurs visites à leur domicile. Ils n'y ont trouvé personne.

Conclusion pour Bart De Wever : ces personnes n'habitent plus à l'adresse indiquée.

Conséquence : ils sont radiés des listes de population. Ce qui veut dire qu'ils n'ont plus d'adresse officielle  et qu'ils n'ont plus aucun droit social.

Le bourgmestre estime qu'il ne dépasse pas ses compétences. Une manière de leur couper les vivres. De toute manière pour lui, ces personnes ne reviendront pas. Elles savent qu'un dossier pénal les attend.

Savoir est un grand mot, car il est difficile de connaître les conditions de ces jeunes combattants.

Selon le Vif, trois d'entre eux auraient été arrêtés par l'armée syrienne lors de la prise de Quousseir et quatre autres seraient retenus à Damas.

Michel Lagase

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK