82 compagnies de théâtre dénoncent la politique de la ministre Alda Greoli, elle répond

82 compagnies de théâtre dénoncent la politique de la ministre Alda Greoli, elle répond
82 compagnies de théâtre dénoncent la politique de la ministre Alda Greoli, elle répond - © Tous droits réservés

C'est un coup de gueule en tir groupé : 82 compagnies théâtrales pour adulte adressent une lettre cinglante à la ministre de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Alda Greoli (cdH). Pour elles, loin de "bouger les lignes", comme le promettait une opération de concertation initiée à l'époque par Joëlle Milquet, le secteur n'a pas bougé et "la politique culturelle proposée n'est ni ambitieuse, ni connectée à la réalité du secteur". 

La Chambre des compagnies théâtrales pour adultes (CCTA) dénonce ce qu'elle appelle le "centralisme institutionnel", et exprime le sentiment que le pouvoir refuse d'être à l'écoute de la réalité du terrain. 

Les arbitrages et leurs conséquences

A l'origine de la colère des compagnies, le fait que les contrats-programmes, autrement dit, l'argent public qui leur est attribué, ont fait l'objet d'arbitrages par le cabinet Greoli. Les montants préconisés par l'instance d'avis compétente, ont été réduits de 40% en moyenne. Conséquence, l'aide structurelle aux compagnies a diminué, ce qui les a réduites à survivre grâce au budget des "aides ponctuelles". La CCTA estime que 20 compagnies seront dans une situation délicate, dans les cinq prochaines années. 

Multiples courriers

Les compagnies ont manifesté il y a un an, pour réclamé une augmentation des montants de ces aides ponctuelles. Ces aides ont augmenté, mais pas dans la proportion promise (233 000 euros, au lieu de 831 000). Les délais courent, et les réponses ne parviennent pas, dénoncent les théâtres. Les équipes se sentent dans l'insécurité : leur projet aura-t-il lieu ? Les emplois des artistes seront-ils menacés? Les compagnies de théâtre concluent en s'interrogeant sur la confiance qu'elles peuvent encore accorder à la ministre de tutelle, Alda Greoli. 

Alda Greoli: "Si les procédures sont longues, c'est parce qu'elles sont démocratiques"

Contacté par la RTBF, Alda Greoli répond à cette lettre : "Je peux comprendre que les procédures sont d'une longueur qui entraîne des difficultés pour certains opérateurs. Si les procédures sont longues, c'est parce qu'elles sont démocratiques. (...) J'essaie de faire aboutir un décret qui permettra d'aller beaucoup plus vite dans les procédures de consultation. Comme eux, je dois aussi dire qu'il est grand temps pour des procédures plus souples et plus rapides." Concernant les chiffres, la ministre de la Culture souhaite préciser certains éléments : "le secteur des arts de la scène et du théâtre a été le secteur le plus refinancé, avec une augmentation de 11% du budget. Aucun ministre avant moi n'avait veillé à un tel refinancement, avec une augmentation de budget de 10 millions, sur 80. On est donc sur une vraie augmentation." Concernant les 233 000 euros au lieu des 831 000 euros promis, là aussi, Alda Greoli évoque le recours d'un théâtre qui a finalement obtenu 600 000 euros. De façon plus générale, la ministre insiste sur un point : "leur demande équivalait à un budget de 130 millions. Nous sommes à 90 millions. Il n'y a pas eu de diminution des moyens. (...) J'ai remis la qualité du travail et la qualité artistique au cœur des critères. Les troupes, comme les théâtres ont été refinancés, pas plus les unes que les autres."

L'Actu du Jour 24/01/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK