70 activistes antispécistes pénètrent sur le site de l'abattoir porcin de Tielt et sauvent deux cochons

70 d'activistes antispécistes ont pénétré sur le site de l'abattoir porcin de Tielt
3 images
70 d'activistes antispécistes ont pénétré sur le site de l'abattoir porcin de Tielt - © Tous droits réservés

Tôt ce jeudi matin, plus de 70 d’activistes antispécistes de l'association 269 Libération Animale ont pénétré sur le site de l’abattoir porcin de Tielt (Flandre occidentale). 

Afin, déclare l'association, "d’y mener une action directe non-violente de grande ampleur". Deux cochons ont été "acheminés vers un sanctuaire privé" et l'abattage des animaux a été interrompu. L'action a été diffusée en direct sur la page Facebook de l'association, et relayée sur les réseaux sociaux.

Les activistes veulent ainsi prouver que "l’action directe sauve des vies... Cette action directe permet de créer un véritable mouvement d’émancipation visant à sortir de l’ombre une classe opprimée: les animaux non-humains".

Intervention de la police dans le calme

"Vers 04h30 ce matin des dizaines d'activistes ont forcé une porte de l'abattoir", a indiqué la police de Tielt. Plusieurs employés de l'entreprise étaient présents sur les lieux lors des faits. Ils ont immédiatement contacté les forces de l'ordre.

La police est intervenue en nombre. "Tout s'est passé dans le calme. Lorsque nous sommes arrivés, un activiste néerlandophone nous a expliqué le but de leur action", selon la police locale. Les agents ont été assistés par quelques autres forces de police pour retirer les militants de l'abattoir.

La présence d'une quarantaine de personnes avait été avancée dans un premier temps, mais la police confirme qu'il y avait bien une septantaine d'activistes. Parmi eux se trouvaient plusieurs dizaines de leaders du collectif 269 Libération Animale et de l'organisation belge Bite Back.

"Les activistes encourent différentes poursuites, dont vol avec effraction et association de malfaiteurs", selon la police. L'affaire est entre les mains du parquet.

De son côté, l'entreprise Exportslachthuis Tielt a confirmé qu'un groupe d'activistes a pénétré dans l'abattoir. "Nous sommes très étonnés de la façon dont ça s'est produit. Nous respectons le rôle sociétal des organisations de défense des droits des animaux, mais regrettons la dureté avec laquelle les activistes ont agi aujourd'hui. Nous avons proposé d'entamer un dialogue, mais les activistes n'y ont jusqu'à présent pas fait suite", a assuré l'entreprise.

"Nous regrettons donc profondément le stress que nos animaux ont eu à subir suite à cette action", ont encore ajouté les responsables de l'entreprise qui assurent que le bien-être des animaux est une priorité absolue. "La transparence est au cœur de nos activités. Tout le monde peut venir jeter un coup d'œil, pourvu que ça se passe de manière sereine et respectueuse", ont-ils conclu.

Un site déjà (momentanément) fermé en 2017

En mars 2017, Animal Rights avait filmé durant un mois en cachette "les pratiques frauduleuses du plus grand abattoir de Belgique", dénonçant la "souffrance inimaginable" que les porcs y endurent. Animal Rights exigeait alors  la fermeture immédiate de l'abattoir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK